Parfumeur à l’origine de nombreux succès de la parfumerie, Nathalie Feisthauer nous apporte son avis d’experte sur 2 parfums récemment sortis : Mémoire d’une Odeur de Gucci et Splendida Tubéreuse Mystique de Bulgari.

gucci mémoire d une odeur

Mémoire d’une Odeur (Gucci) :

Un parfum floral à partager entre hommes et femmes ?

Cela plaira sans doute aux fans de parfums rares, mais à mon avis ça devrait aussi intéresser les millenials que cible la publicité. En tout cas, ça change des gourmands et des floraux-fruités basiques qu’on leur propose habituellement.

La camomille revendiquée est là, c’est également légèrement boisé et poudré. Mais c’est surtout très musqué avec une belle note d’ambrettolide, un musc aux accents d’ambrette et de poire.

Cela me rappelle le parfum You créé par Glossier, qui est toutefois un peu plus clean et un peu plus iris.

On n’est pas dans une écriture olfactive classique, c’est non genré mais aussi plus dépouillé, à l’image du flacon.

tubereuse mystique bulgari

Splendida Tubéreuse Mystique (Bulgari) :

La tubéreuse est bien présente mais on sent surtout les fleurs blanches, c’est légèrement solaire.

On reconnaît la patte créative de Sophie Labbé* pour des bouquets floraux opulents qu’elle réussit très bien – je pense par exemple à Organza.

L’évolution du parfum est un peu plus orientale, avec une certaine rondeur vanillée et des bois qui apportent de la structure.

Il y a une tonalité fruitée également ; le davana qui est revendiqué est une note abricotée légèrement liquoreuse. Pour autant on n’est pas dans une tubéreuse fruitée à la Poison, c’est plus doux, plus facile à porter.

Le flacon bleu nuit est très beau.

 

Et vous, avez-vous testé ces parfums ? Lequel vous tente le plus ?

 

(*) Note Parfumista : Côté actualités, Sophie Labbé vient de rejoindre Firmenich après 27 années passées chez IFF.

7 personnes aiment cet article.
Partagez cet article

4 commentaires à “Mémoire d’une Odeur, Tubéreuse Mystique : Sniff-test Parfumista

  1. Daniel

    Bonjour,
    Je n’avais plus acheté de parfum de grande distribution depuis de nombreuses années…
    Mémoire d’une odeur a été un gros coup de coeur au premier sniff.
    Ce parfum me rend heureux comme aux premiers jours du printemps, une renaissance dans tous les sens du terme.
    Bravo Monsieur Morillas

  2. Laure

    Bonjour,
    Je n’ai pas encore eu l’occasion de tester ces deux partums du sniff-test.
    Les deux fragrances proposées sont intéressantes, mais c’est Tubéreuse mystique de Bulgari qui me tente le plus. Le flacon est une merveille.

  3. Lorraine

    Bonjour,
    Intriguée par le nom, j’ai voulu découvrir ce qui se cachait derrière Mémoire d’une odeur.
    Dès que cela m’a été possible, j’ai été le découvrir.
    Quel choc !
    Personnellement (sont-ce les mauvais souvenirs liés aux tisanes de camomille over dosées que l’on me faisait prendre, gamine, pour limiter certains spasmes douloureux ? Est-ce rapport à la chimio ?), mais malheureusement, il ne me convient pas.
    Cependant, nul doute que cette note, hors norme tant elle est peu commune -c’est peu de le dire- saura trouver son public !
    Il n’y a qu’à voir la réaction de Daniel pour qui, non seulement le choc olfactif est là mais également l’affinité avec l’épiderme.
    Un parfum, si grandiose et unique soit-il, s’il vire mal sur la peau, deviendra une catastrophe pour qui souhaite le porter. Magie ou non des interactions chimiques.
    Concernant Tubéreuse Mystique, je ne dirai rien puisque je n’ai pas encore eu la chance de le découvrir.
    Bonne continuation.

  4. Bourret

    Mon chouchou du moment : Mémoire d’une odeur.
    Le flacon est magnifique, la couleur splendide… et le jus !
    Hummm, mon elixir. Va-t-il devenir le parfum dont je ne pourrai plus me passer ? Affaire à suivre…

Laisser un Commentaire (attention : les smileys peuvent poser problème)

obligatoire