Chloé fait son entrée dans les collections de grandes marques avec une ligne parfumée élégante et classique. Mais on reste un peu sur sa faim.

atelier des fleurs de chloe

Après Armani, Dior, Chanel, et tant d’autres marques, Chloé lance à son tour une collection de parfums. En réalité, la marque, gérée par Coty, avait déjà tenté l’expérience en 2010 avec la ligne Eau de Fleurs (Néroli, Capucine et Lavande) qui n’avait pas rencontré le succès.

La nouvelle tentative de Chloé est plus aboutie et se compose de neuf parfums (oui, c’est beaucoup) principalement autour des fleurs. La ligne se nomme Atelier des Fleurs et invite le jasmin, le magnolia, la lavande, le néroli (nom de l’huile essentielle de fleur d’oranger), l’hibiscus… Sans oublier la rose, fleur emblématique de Chloé depuis 2008.

Rosa Damascena, créé par Amandine Clerc-Marie est d’ailleurs un des plus réussis et diffère nettement de la rose Chloé par son aspect plus brut, un peu rose anglaise, mais aussi par une tonalité plus pétillante et épicée.

La belle surprise de la collection est Herba Mimosa dont le nom évoque une Aqua Allegoria de Guerlain mais qui propose un vrai parfum. Un mimosa duveteux et légèrement vert adouci d’effets de violette et d’héliotrope. Une création de la même parfumeuse.

Louise Turner a imaginé Jasminum Sambac et Magnolia Alba, deux compositions très équilibrées, assez proches en tête et se démarquant en évolution. Son jasmin est aérien à l’image du style Chloé, légèrement aqueux, solaire et bois de cachemire. L’impression boisée est plus marquée dans Magnolia Alba, un magnolia aux accents verts (muguet), épicés et citronnés. Par leur combinaison de fleurs blanches et de bois musqués, ces deux fragrances pourraient être des variations florales lointainement inspirées d’Alien de Mugler. L’influence probable de Pierre Aulas qui travaille tant au développement olfactif de Chloé que de Mugler.

Hibiscus Abelmoschus est une création de Domitille Michalon-Bertier autour de l’hibiscus, explique la marque. Abelmoschus fait écho au nom botanique de la graine d’ambrette, qui signe assez fortement la fragrance avec ses facettes poudrées, musquées, légèrement poire aussi. L’esprit est à la fois frais et irisé et pourrait plaire aux fans des Infusions de Prada ou de certains Chanel (1957, N°18, N°19 Poudré). L’évolution est un peu plus boisée et violette.

Neroli, signé Sidonie Lancesseur est sans doute un des parfums qui rencontreront le plus de succès au vu du succès de cette note dans les collections des marques concurrentes. Pourtant c’est sans doute le moins harmonieux de cette collection, la fragrance privilégiant la tenue aux ingrédients naturels, même si l’aspect androgyne de la fleur d’oranger n’est pas dénué d’intérêt.

Quentin Bisch réussit le pari de traiter au féminin la lavande, une fleur plutôt masculine et olfactivement peu florale. Le départ fruité presque croquant dévoile une lavande légèrement verte et très peu camphrée. L’évolution est plus boisée et musquée dans un style qui pourrait plaire aux amatrices du travail d’Olivia Giacobetti pour sa marque Iunx.

A ces 7 fleurs, se rajoutent deux invités : la verveine et le cèdre. « N’y avait-il pas assez de sept fleurs dans la collection ? », vous dites-vous. Oui, mais Chloé ambitionne de faire acheter plusieurs parfums et de les mélanger. A l’image d’un fleuriste qui assemblerait pour vous à la demande telle et telle fleur, et éventuellement y ajouterait des feuilles et des branchages.

En ce sens les notes boisées épicées pétillantes de Cedrus trouvent leur rôle pour accessoiriser un autre parfum qui vous plairait. Mais rien ne vous interdit de porter Cedrus seul, surtout si vous êtes un homme. Une jolie composition de Quentin Bisch à la croisée d’un Cacharel pour Homme (muscade) et d’un Vétiver de Guerlain, la modernité en plus, la tenue en moins. Le parfum célèbre le cèdre, comme l’auront deviné ceux qui ont fait latin grec au lycée.

Verbena est signé Mylène Alran. L’aspect citronnelle de la verveine a été gommé au profit d’une senteur verte et citronnée, légèrement florale et musquée en évolution. A privilégier pour appuyer les notes de tête de votre combinaison parfumée sur mesure.

Qu’en est-il du prix ? 98 euros les 50 ml et 198 € les 150 ml sur le site de Chloé. Cher si vous achetez plusieurs parfums mais finalement pas très cher le parfum seul par rapport à ce que proposent des marques concurrentes comme Armani, Tom Ford ou même Lutens. Ce qui laisse penser que la marque ne croit pas tout à fait à son concept, ou en tout cas qu’un nombre limité de clientes achèteront plusieurs parfums en même temps.

Où trouver les parfums ? C’est l’autre problème. Les parfumeries et grands magasins sont saturés et neuf parfums s’intégreront difficilement en linéaires. Quant à les tester tous, chez soi, grâce à un kit découverte : bonne idée. Nous avons pu découvrir les 9 eaux de parfum par ce biais mais ce kit découverte n’est pas en vente pour le moment.

Reste une jolie collection, sans vrai enthousiasme mais sans fausse note non plus. Même si on reste persuadés que la marque aurait pu faire mieux avec 4 ou 5 parfums seulement. A tester pour se faire sa propre idée.

 

Que pensez-vous de ce nouveau concept ? Quel parfum de la collection vous tente le plus ?

5 personnes aiment cet article.
Partagez cet article

3 commentaires à “Atelier des Fleurs de Chloé : mi-figue, mi-jasmin

  1. Laure

    Bonjour,
    Je ne voudrais pas jouer les oiseaux de mauvaise augure, mais cette sortie de 9 eaux de parfum est beaucoup trop ambitieuse. La collection Eaux de Fleurs n’avait pas rencontré le succès escompté alors que les 3 opus étaient fort jolis, agréables et conçus pour être mixés.
    Dans la mesure où Chloé ne fait pas grand chose pour rendre ces nouvelles fragrances accessibles, il va être difficile de les tester… et ce n’est même pas une question géographique, là.
    J’aime bien les flacons qui restent dans l’esprit Chloé. Herba Mimosa semble être le plus intéressant. Rosa Damascena est tentant pour le clin d’oeil à Chloé l’eau de parfum de 2008 signant le retour de Chloé.
    Quant à la Lavande et le Neroli, ils étaient dans l’ancienne collection, forcément revisités.
    Et pour séduire les hommes, pourquoi ne pas tenter un parfum homme dans un positionnement raisonnable ? Je doute fort, qu’à part être un parfumista chevronné, les hommes cherchent leur fragrance dans cette collection…
    Belle journée parfumée

  2. Sonia

    Je suis d’accord, neuf parfums d’un coup, ça fait beaucoup.
    L’Hibiscus et le Mimosa sont ceux qui me tentent le plus mais je ne sais pas si j’aurai l’occasion de les sentir.
    Sinon, ce serait bien qu’ils relancent leurs anciens parfums Narcisse et le premier Chloé, qui sentait la tubéreuse. Ce sont des fleurs aussi, on ne sait jamais…

    1. Laure

      Bonjour Sonia, je suis entièrement d’accord pour Narcisse et le Premier Chloé.
      Les retrouver, même avec une petite reformulation me ferait très plaisir.

Laisser un Commentaire (attention : les smileys peuvent poser problème)

obligatoire