Digne d’une série à rebondissements de la BBC, le Brexit truste l’actualité du printemps 2019. Aura lieu, aura pas lieu ? Tout ça c’est bien, mais on porte quel parfum pendant ce temps-là ?

burberry her cara delevingne

English Lavender (Yardley) : Un No Deal est-il pire qu’un mauvais deal ? Si le Brexit vous donne mal à la tête, quoi de mieux pour se calmer que cette belle lavande anglaise, associée au romarin et à la camomille ? Un parfum à partager, sans prétention, qu’on a plaisir à vaporiser sur un mouchoir ou un col de trench coat.

The Tragedy of Lord George (Penhaligon’s) : Lui qui pensait passer sa retraite sous le soleil français ou espagnol, il va devoir rentrer au Royaume-Uni. Mais Lord George ce n’est pas seulement la tragédie, c’est un bel accord de brandy (cognac anglais), de savon à barbe et d’ambre.

Oud Save the Queen (Atkinsons) : Parce qu’avec plus de 60 ans de règne, la Reine Elisabeth II est une valeur sûre. Comme le bois de oud, finalement, dont on parlera encore dans 15 ans. Celui d’Atkinsons est british et élégant, avec des facettes suaves de fève tonka. Totalement mixte en dépit du nom, mais si vous êtes un homme et que ça vous gêne, la marque a aussi créé Oud Save the King. Pas bête, car a priori, le prochain sur le trône britannique sera un homme.

parfums brexit

Yardley, Etat Libre d’Orange, Serena Galini, Penhaligon’s

Dangerous Complicity (Etat Libre d’Orange) : « Chers amoureux transis, ce parfum a été pensé et fomenté en anglais… Brexit oblige ! Soyez dangereuse et donc inoubliable » promet la marque sur son site Internet. Du rhum, de l’osmanthus, du gingembre, de la noix de coco… Finalement ça ressemble à un cocktail de pub anglais.

Le Parfum de Theresa e (Frédéric Malle) : Alors nulle ou opiniâtre, Theresa May ? Finalement, vote après vote, pas facile de savoir. Pour aller mieux, on lui recommande de se lover dans Le Parfum de Thérèse, beau parfum chypré chic et un brin snob imaginé par Edmond Roudnitska à l’attention de sa femme. Des bois, du cuir, de la rose… et une note de melon, parfaite pour le décalage british.

Auditorium – The Spirit of Europe (Serena Galini) : Mais l’Europe dans tout ça, on en parle ? Serena Galini, elle, en a fait un parfum, hommage aux 60 ans du Traité de Rome. Alors forcément ça sent un peu toutes les régions d’Europe. Mais c’est surtout une belle création aux accents méditerranéens, entre myrrhe et pin, jasmin et dunes d’immortelles. Disponible chez Jovoy et sur serena-galini.com

Boudoir (Vivienne Westwood) : Même si elle est plus branchée « Climate Change » que Brexit, c’est sans doute la créatrice anglaise la plus influente de la seconde moitié du 20è siècle. Son parfum emblématique c’est Boudoir, une potion de fleurs épicées, de vanille et de poudre. Le tout dans un flacon emblématique orné d’une couronne. Un parfum difficile à trouver mais ultra signé.

parfums brexit 2

Burberry, Vivienne Westwood, Frédéric Malle, Atkinsons, Miller Harris

La Fumée (Miller Harris) : Si ça brûle sur les Champs-Elysées, ça pourrait aussi être explosif à Oxford Street… surtout si le Brexit n’a pas lieu. Quitte à sentir la fumée, autant choisir cette belle fragrance de la maison britannique Miller Harris. De l’encens, de l’élémi aux accents poivrés et une bonne dose de bouleau brûlé, adoucis d’une once de santal.

Burberry Her : Parce que c’est la marque emblématique du luxe britannique, mais qu’en même temps elle a su rester européenne. L’égérie est britannique (Cara Delevingne, photo d’entête), mais le directeur artistique est italien (Riccardo Tisci) et le parfumeur est français (Francis Kurkdjian). Et ça sent quoi ? C’est gourmand mais point trop, plus floral-fruité que sirupeux. Et avec une belle note ambrée sèche et boisée qui n’est pas sans rappeler le beau Baccarat Rouge 540 du même parfumeur.

 

Et vous, quel parfum de la sélection vous tente le plus ? Et si vous avez des pronostics pour le Brexit, on ne sait jamais…

6 personnes aiment cet article.
Partagez cet article

7 commentaires à “Neuf parfums pour un Brexit réussi (ou pas)

  1. Laure

    Bonjour Parfumista,
    Quelle inspiration !!!
    Je connais le Parfum de Thérèse, sublime et touchant, ainsi que Boudoir, très sensuel, quasiment discontinué.
    Je testerais bien Burberry Her, mais uniquement par curiosité ;)
    Belle semaine

    1. Parfumista

      Bonjour Laure, merci de votre commentaire.
      Le nouveau Burberry est assez difficile à cerner finalement. Gourmand, pas gourmand ? Fleuri, boisé ? Fruité assurément, mais atypique.
      A tester pour se faire une idée.

  2. Max

    Nul pronostic sur le Brexit de mon côté. En revanche, je dois dire que je suis soufflé par le flacon de Serena Galini ! Je le trouve particulièrement beau !
    Il fait penser aux flacons des parfums Fiilit (si je ne me trompe pas sur le nom), mais en moins coloré, plus sobre et… plus beau ! Et puis l’emblème sur le capuchon est très élégant aussi…
    En revanche, côté odeur, je crois que je serais plus intéressé par « La fumée » ! C’est un concept plutôt original… Je retiens.

    1. Parfumista

      Bonjour Max,
      Oui c’est vrai que l’usage du bois, mis en valeur tout en masquant le verre, crée une connexion entre les deux flacons.
      Ceux de Fiilit sont en fait des mini vapos rechargeables, destinés plutôt au sac (11 ml, 25 €).
      Celui de Serena Galini est un format 50 ml (270 €) « en essence de noyer créé et façonné dans l’atelier d’ébénisterie de la fondation du Sonnenhof », une fondation alsacienne de réinsertion de personnes handicapées.
      L’échantillon 2,5 ml (16 €) est également présenté dans un écrin en noyer.

  3. Max

    Ah oui, 270€, tout de même ! Et bien je crois que je vais m’en tenir à La Fumée, bien plus abordable ;)

  4. Iandosoa

    Je n’avais jamais fait attention à la place de la lavande dans les parfums anglais. Merci pour cette virée Outre-Manche, le flacon de Penhaligon’s est un bijou à lui tout seul.

    1. Parfumista

      Bonjour Iandosoa, merci de votre commentaire. Oui, la lavande est toujours très appréciée au Royaume-Uni (comme dans certains autres pays, en particulier le Brésil).
      En France en revanche, elle est souvent associée aux produits d’entretien et lessives. Et à la parfumerie masculine, notamment l’univers du rasage.
      Mais les choses changent un peu ces dernières années avec la lavande combinée à des notes florales ou boisées dans des parfums féminins ou non genrés… Comme le superbe Jersey de Chanel.
      Bonne journée et à bientôt sur Parfumista

Laisser un Commentaire (attention : les smileys peuvent poser problème)

obligatoire