Célèbre pour le chic de ses bougies et parfums d’ambiance, la marque Trudon se lance dans les parfums pour soi. Nous les avons testés pour vous.

parfums trudon bandeau

Pour ceux qui ne connaîtraient pas Cire Trudon, c’est une marque de bougies créée en 1643. Oui, à l’époque de Louis XIV ! Cela dit, si elle a une cote aussi élevée auprès des connaisseurs, c’est aussi grâce au réveil de cette belle endormie au milieu des années 2000.

Les créations parfumées de la marque embaument la maison de notes d’encens, d’ambre, de fumée, de cuir… mais aussi de thé à la menthe (bougie Abd El Kader). Le tout avec une présentation raffinée, des prix élevés et une communication mélangeant histoire, art, voyage, tradition et décalage.

En 2017, la marque fait sa mue à nouveau avec une première ligne d’eaux de parfum. Elle devient pour l’occasion « Trudon ».

Est-ce que c’est réussi ? Oui et non. La présentation est incontestablement luxueuse et Trudon a clairement évité les clichés parfumés que sont les notes sucrées ou les bois qui piquent. Les fragrances devraient assurément plaire aux aficionados de la marque qui espéraient qu’elle propose aussi des parfums pour soi – comme le font d’autres marques de parfums d’ambiance haut de gamme (diptyque, Linari…).

mortel bruma revolution_trudon

Mais la difficulté était de proposer des fragrances qui n’évoquent pas l’univers parfumé des bougies. Et là, c’est raté. Les fragrances sont subtiles mais semblent s’inspirer de best-sellers de la marque. Ou du moins de notes très clairement associées à son univers pour la maison.

Mortel est un bel encens minéral (parfumeur : Yann Vasnier) qui évoque l’encens d’église. Olim est un ambré épicé dans un style Guerlain vintage, plus vert et moins suave que Shalimar, moins lavandé que Jicky.

Après l’encens et l’ambre, Révolution sent lui les bois fumés, légèrement adoucis d’effets végétaux et boisés (angélique, vétiver, papyrus) : c’est joli mais difficile à porter.

Du vert également dans Deux (II), signé par Lyn Harris comme les deux précédentes fragrances.

On retrouve d’ailleurs la touche de la créatrice et ex-directrice de Miller Harris, qui aimait pour sa marque les notes vertes, boisées, épicées et fumées mais dont les créations manquaient volontairement de douceur et de suavité. Deux est sans doute la fragrance qui déçoit le plus. Même si elle revendique des notes comme les feuilles vertes, le genévrier et le pin, la première impression est celle d’une bougie au parfum de figue verte.

II olim_trudon

La dernière eau de parfum, Bruma, imaginée par Antoine Lie est celle qui s’éloigne le plus du registre olfactif de la bougie. C’est un floral doux et poudré. La verdeur annoncée du galbanum est très équilibrée et appuyée d’un léger effet fruité épicé (poivre rose ?). L’effet cuir revendiqué est très mesuré également. La fragrance pourra plaire autant à des fans de bouquets poudrés voire aldéhydés, que des amatrices et amateurs d’Infusion d’Iris de Prada ou de Bottega Veneta.

Les bouchons cannelés, raffinés, ne sont pas sans évoquer La Promeneuse, bel objet pour la maison également imaginé par la designer Pauline Deltour.

Pour résumer, une belle collection luxueuse, élégante et un peu froide qui intéressera probablement les fans de la marque mais qui devrait laisser les autres sur leur faim.

Et vous, connaissez-vous les produits parfumés de Trudon ? Avez-vous un coup de cœur ?

5 personnes aiment cet article.
Partagez cet article

4 commentaires à “Trudon : après les bougies, place aux parfums

  1. BOURRET

    Effectivement en lisant votre article ça ne fait pas trop envie.
    Je ne connais pas du tout cette marque mais où pourrait-on avoir des échantillons ?

    1. Parfumista Post author

      Bonjour Pascale,
      Trudon ne propose pas d’échantillons, sauf si vous achetez un de leurs parfums à 180 €, auquel cas vous avez droit à un échantillon.
      Nous-mêmes avons eu du mal à avoir des échantillons. Pourtant, difficile d’imaginer de parler de parfums qu’on n’a pas sentis (même si certains blogs le font très bien ;-) )
      Trudon propose en revanche un set avec les 5 fragrances en 10 ml chacune. https://trudon.com/eu_fr/les-parfums/le-coffret.html
      Mais le prix, 95 euros, n’est pas négligeable !

  2. Laure

    Bonjour,

    Je partage l’avis de Pascale… Je passe mon tour avec la marque Trudon.
    Les échantillons sont à un prix effectivement non négligeable.
    C’est assez mal joué de la part de Trudon :(

  3. Coromandel

    J’ai pu tester cette gamme. Pas de coup de coeur mais les matières sont très belles et cette collection colle bien à l’image que je me fais de la marque (une élégance royale).
    Mes préférés sont Olim et Mortel.
    J’ai moins apprécié II, une figue plutôt linéaire (alors que cette note ne figure pas dans la pyramide ?).
    Révolution m’a posé problème : je trouve que ce parfum fumé à du caractère mais je ne suis pas à l’aise avec une note végétale un peu amère qui le rend inconfortable.
    Enfin Bruma est un iris sympathique mais j’ai eu une impression de déjà senti.

Laisser un commentaire

obligatoire