Le boom de la parfumerie de niche a conduit certaines marques disparues à renaître de leurs cendres…

parfums revenants

Jean Patou, Volnay, Oriza L. Legrand… De nombreuses maisons profitent de la ferveur pour la niche pour relancer leur activité.

Mais qui dit relancer, dit se mettre à la page, et cela passe bien souvent par des reformulations.

Pour des raisons de législation ou de coûts notamment… Mais aussi pour proposer des parfums plus en phase avec les tendances actuelles.

Or, certains amoureux du parfum -notamment les fans de vintage- perçoivent les résurrections de parfums comme des blasphèmes olfactifs.

D’autres déplorent le manque de sincérité (chypres recréés sans mousse de chêne…) voire d’intérêt.

Certaines marques ont même réussi à ressusciter leur créateur. C’est le cas de Jovoy, dont la créatrice Blanche Arvoy est désormais active sur Facebook.

Mais bon, c’est dans l’époque, on peut bien aller voir des concerts de Dalida ou Claude François grâce aux hologrammes. ;-)

Et vous chers parfumistas, que pensez-vous du retour de ces marques oubliées ?

3 personnes aiment cet article.
Partagez cet article

5 commentaires à “Les revenants de la parfumerie ?

  1. philippe

    Pour l’instant, je ne les connais que de nom ! Il y a tellement de nouveautés, de re-créations, etc. qu’on n’arrive pas à suivre. Et cela crée de la frustration, car d’une part le budget n’est pas extensible et d’autre part, il y a peut-être des merveilles à côté desquelles on passe.

  2. Emma

    Fondée par Ernest Daltroff, la maison Caron a toujours été symbole de grand luxe de la parfumerie française. Aujourd’hui, la nouvelle direction opte pour une stratégie désastreuse. Il semblerait que les extraits de parfum disparaissent tous au profit de nouveaux parfums très légers et surtout sans grand intérêt. Depuis une quinzaine d’années, les reformulations Caron étaient devenues plus atroces les unes que les autres. Lorsque Guerlain et Chanel s’en sortent au final assez bien aujourd’hui avec des parfums classiques, certes reformulés, mais qui conservent une certaine authenticité des formules d’origine, chez Caron les choses sont allées de mal en pis. A la fin, l’eau de toilette de Narcisse Noir ne ressemblait plus à rien, elle vient d’être retirée du catalogue.

    Le cas Jean Patou m’inquiète moins. Les extraits ne sont plus commercialisés, dommage JOY c’est la quintessence de l’extrait de parfum ! Le nouveau Joy Forever a pour but de réactualiser l’original JOY, j’avoue avoir eu peur mais ce parfum est une très belle réussite. Je souhaite à la maison Patou de continuer dans cette voie. Je me réjouis également de la nouvelle édition de Chaldée, même si j’ai trouvé cette nouvelle version bien légère par rapport à celle que je connaissais des années 80, ainsi que le packaging que je trouve triste et masculin (il me fait penser aux flacons après-rasage des années 80).

  3. chakim

    Ah renaître de ses cendres !!!! Quel joli projet, hélas souvent mal concrétisé !
    Les reformulations ne sont JAMAIS à la hauteur des originaux et comme le souligne si bien Emma, le cas de la maison Caron est à pleurer !
    Moi je rêve de la remise en vente de Variations de Carven des années 1980, hélas je n’ai pas beaucoup d’espoir la nouvelle formule étant pour moi une hérésie !

  4. Laure

    Bonjour,

    Caron ne me fait plus rêver du tout. Les fontaines ont disparu ou sont en voie de l’être, les reformulations sont une catastrophe.

    A l’inverse, je salue l’audace de Courrèges qui revient sur le devant de la scène. La Maison a réédité Courrèges in Blue en essayant de rester au plus près de la version sortie en 1983. Je n’ai pu résister à m’en offrir un flacon, eh bien mission largement remplie.

Laisser un Commentaire (attention : les smileys peuvent poser problème)

obligatoire