Parfumeur chez Symrise, Pierre Gueros s’est confié à Parfumista. Rencontre avec un explorateur d’odeurs tranquille et curieux qui vibre au rythme de la nature.

1/ Bonjour Pierre, pouvez-vous nous parler de votre première rencontre avec le parfum ?   

J’ai toujours intégré une dimension olfactive dans ma vision du monde. Je me souviens de lieux, de gens, de moments grâce à leur odeur.  

Mais j’ai longtemps vécu dans l’ignorance totale du parfum. Ni ma mère, ni mon père ne se parfumaient. Seule Dolorès, une cousine que j’adorais, se parfumait de façon abondante. Elle était fantasque et flamboyante. Son parfum était puissant, floral et capiteux. Quel était son nom ? Impossible à dire !

Le Male est le premier parfum dont j’ai aimé l’odeur. C’est le premier que j’ai porté, celui auquel je me suis identifié.

2/ Vous souvenez-vous de votre première création ?  

Je me souviens encore de façon précise du premier parfum créé, du premier parfum vendu, du premier parfum dont je suis fier. Ce n’est pas forcément le même ! 

Mon premier parfum créé était une Cologne autour des aldéhydes. De toutes les matières senties, c’était la famille olfactive qui m’avait le plus intrigué. J’étais apprenti chez Synarome, je ne savais pas ce que je faisais.

Mon premier parfum vendu était un parfum où j’avais remplacé le musc cétone dans une très vieille formule de la bibliothèque. Pas très créatif, mais techniquement très stimulant.

Enfin le premier parfum qui avait un peu de gueule était une fougère ambrée avec un accord feuille de violette que j’avais fait pour la marque de lunettes italienne Police. 

3/ Cuisine, art, voyages, photo, nature… : quelles sont vos sources d’inspiration ? 

J’ai vécu dans 4 pays différents, mon histoire familiale m’a notamment transporté en Grèce, en France et en Roumanie. Je voyage depuis que je suis un jeune adulte. La découverte du monde est une de mes grandes sources d’inspiration : les plats, les odeurs de rue, les déserts, les forêts tropicales… tout ce que la planète a à offrir !

J’aime la randonnée et la marche contemplative, les sentiers sinueux et les chemins de traverse, une certaine apologie de la lenteur qui me laisse le temps d’explorer la flore sur mon chemin. J’aime la botanique et le jardin. 

J’y consacre désormais un temps considérable en transformant un petit coin de Provence en « jardin extraordinaire ». Je compose un jardin de parfumeur. 

J’ai une conscience politique et une vision du monde, je suis conscient d’un certain héritage et de certaines valeurs qui placent l’humain au centre de tout. D’une façon plus abstraite, cela influence aussi mes créations.

Liqueur BPM, L’Orchestre Parfum

4/ Pouvez-vous nous parler de Liqueur BPM, votre dernière création pour L’Orchestre Parfum ? 

C’est la troisième fois que nous cocréons Pierre Guguen et moi (les deux premiers parfums sont Bouquet Encore et Ambre Cello, NDLR).

L’idée était de rapprocher les âmes des poètes maudits de la vie montmartroise du 19ème siècle et celles de leurs héritiers contemporains, rappeurs ou artistes de la scène underground. 

C’est un parfum autour de la constance de la fumée, des vapeurs éthérées, du tabac et de la sensualité. 

5/ Si vous n’aviez pas été parfumeur, quel autre métier auriez-vous rêvé d’exercer ? 

C’est tellement loin de ce que je fais actuellement mais j’aurais adoré être commissaire de police, archéologue ou député. Dans cet ordre. 

6/ Quel est votre luxe à vous ? 

J’ai la chance d’avoir une vie confortable et heureuse. Mon luxe à moi est encore une fois lié à la contemplation. Mon luxe c’est le temps long, qui permet de flâner, de s’ennuyer, de s’attarder. 

Pierre a aussi créé des parfums pour Carolina Herrera, Lanvin, Givenchy, J.U.S et pour de nombreuses marques italiennes comme Uermi ou Trussardi.

Connaissiez-vous Pierre Gueros ? Avez-vous déjà testé un de ses parfums ?

3 personnes aiment cet article.
Partagez cet article

4 commentaires à “Interview parfumée : Pierre Gueros 

  1. Max

    La description de Liqueur BPM a quelque chose d’intrigant.
    Un parfum autour de la fumée, pas évident, même si les matières ne manquent pas (goudron et huile essentielle de bouleau, gaïac, syringol, etc.).

    1. Scentifolia

      J’espère que vous aurez l’occasion de découvrir Liqueur BPM prochainement. N’hésitez pas à repasser par ici pour nous donner vos impressions !

  2. Laure

    Merci pour la découverte du très discret parfumeur Pierre Gueros.
    J’aime beaucoup sa manière de créer une fragrance. Je n’ai pas l’impression d’avoir porté ni même testé une de ses créations…

    1. Scentifolia

      Je suis heureuse de vous avoir présenté ce parfumeur, peut-être croiserez-vous prochainement une de ses créations ?
      J’ai découvert récemment Andaluiza, un parfum signé Pierre Gueros pour J.U.S. La grenade s’associe à la fleur de ciste pour enflammer l’été. Une suggestion de saison, même si le soleil se fait un peu attendre cette année 😉

Laisser un Commentaire

obligatoire