En 1987, la maison Rochas lançait Byzance, parfum au nom évocateur d’Orient et des mille et une nuits. Aujourd’hui une version plus douce de Byzance continue de nous enchanter par son charme mystérieux. Même si avouons-le, un nouveau nom lui siérait sans doute mieux.
byzance de rochas nouveau

En puisant dans mes souvenirs olfactifs, je me remémore le fameux Byzance de Rochas. Son flacon, kitsch pour les uns, se révélait sublime pour les autres. Créé en 1987 par Nicolas Mamounas et Alberto Morillas, cet opulent floriental, composé dans la veine d’un Opium d’Yves Saint Laurent, était contenu dans un flacon bleu nuit circulaire paré d’un anneau doré, qui m’évoque l’univers des mille et une nuits. Un lacet rose de passementerie était noué au col du flacon faisant écho à la couture Rochas.

Avec ce flacon bleu intense évoquant les mosaïques de cette ancienne cité grecque devenue la faste Byzance, il fallait un parfum de caractère aux ingrédients exceptionnels : ce sera un bouquet de roses de Damas et de jasmin, explosant dans les notes hespéridées du cédrat et de la mandarine, épicé par la cardamome et le girofle, se fondant dans l’ambre, le patchouli, le musc et la vanille. Un santal adoucit tout ce que ce parfum a de provocant ainsi qu’une couche lumineuse d’aldéhydes qui en floute les contours, parfait compromis d’une senteur féminine aux confins de l’Orient et de l’Occident.

Un parfum qui malheureusement n’était plus qu’un lointain souvenir car discontinué et que je souhaitais tant retrouver… jusqu’à la sortie d’un nouveau Byzance en novembre 2019. Une nouvelle fragrance plus qu’une réédition, écrite par Aliénor Massenet et Maurice Roucel.

L'ancien flacon de Byzance. Photo d'entête : le nouveau flacon

L’ancien flacon de Byzance. Photo d’entête : le nouveau flacon

Mais là, déception ; ce n’est plus « mon Byzance » mais un autre bouquet floriental. Une alliance de roses, de freesia, de poire et d’héliotrope, reposant sur un fond de vanille, de santal et de bois de cachemire.

C’est cependant agréable, doux, lumineux, moins oriental que son aîné mais joli comme poudré, dans l’air du temps.

Ma désillusion s’efface alors d’autant que le flacon est exceptionnel avec une mise en forme plus moderne tout en reprenant les codes visuels du flacon primordial.

Un beau parfum à offrir qui fera certainement son effet mais que je trouve peu visible en parfumeries.

 

Et vous, avez-vous testé ce nouveau Byzance ? Vous souvenez-vous de l’original ?

11 personnes aiment cet article.
Partagez cet article

5 commentaires à “Byzance de Rochas : avant-après

  1. Laure

    Bonjour, merci à Marie-Solange Galzy pour son avant-après concernant Byzance. Et je la comprends tout à fait.
    Je précise que je ne connais pas du tout Byzance sur le plan olfactif.
    Je vais vous conter une expérience bien décevante, celle d’Ivoire de Balmain longtemps porté, dont on peut se demander si la version actuelle peut légitimement prétendre à cette appellation, tant le jus est différent.
    J’en ai aussi une positive, celle de Courrèges In Blue. La fragrance actuelle est quelque peu adoucie, mais ressemble à celle que j’ai connue dans les années 80. La maison m’avait même dit en son temps qu’elle avait fait appel à des personnes ayant porté Courrèges in Blue pour que le jus soit le plus proche possible de l’ancien.
    C’est bien de ressusciter un parfum, mais je pense qu’il faut le faire consciencieusement. En cas de changement notable de fragrance, il serait judicieux de modifier le nom. Pour Byzance « Un air de Byzance » ou « Byzance 2019″ pourquoi pas.
    Bonne journée !

  2. Sandra

    C’était le parfum préféré de ma maman. J’ai grandi avec les notes envoûtantes et réconfortantes que m’apportaient ce parfum.
    Un jour en 2022, le souvenir de ce parfum est revenu…alors me voici me ruant sur Byzance 2019.
    J’aime la nouvelle version, mais ce n’est pas Byzance de mon enfance…impossible pour moi de ne pas ressentir un sentiment de trahison…

  3. Valérie

    Quelle joie de retrouver en parfumerie Byzance de Rochas. Je saute sur l’occasion pour me faire plaisir. C’est un parfum que je mettais offert à la naissance de mon 1er fils en 1992.
    Quelques mois auparavant j’avais retrouvé grâce à mon C.E. une eau de toilette Byzance. Cette eau de toilette n’est pas dans le flacon de l’époque mais a la même et belle fragrance de l’époque. Ce que le nouveau Byzance n’a en rien. Je suis déçue de ce nouveau Byzance trop vanillé et qui ne ressemble en rien à celui de mes souvenirs.
    J’aurais tant aimé retrouver l’édition passée. Dommage pour moi.

  4. Garcia Anna

    Pour Byzance, ils ont bien gardé la formule originale. Alors pourquoi nous sortir un semblant d’original !!??
    Nous, ce que l’on veut, c’est le vrai Byzance, sinon rien.
    Appelons ça seulement une imitation… une pauvre imitation décevante.

  5. Bec

    Pour ma part, j’étais tellement HEUREUSE quand ma belle-mère, super contente m’a offert ce nouveau Byzance.
    Quelle déception ! Plus rien à voir avec l’ original.
    Je vais le porter mais quand j’aurai fini le flacon, je n’en reprendrai pas.
    Pourquoi toujours vouloir changer quand le produit plait ? Quelle tristesse !

Laisser un Commentaire (attention : les smileys peuvent poser problème)

obligatoire