En 2017, la marque de parfums rares Une Nuit à Bali change de nom et dévoile une nouvelle collection. Deux parfums inspirés par la station balnéaire américaine chic de Montauk. Parfumista les a testés pour vous.

memory motel & rose america_une nuit nomade

Avant son changement de nom récent, la marque s’appelait Une Nuit à Bali. Elle a conservé ce nom qui devient celui de sa collection parfumée inspirée par l’Asie (Fleur des Fleurs, Murmure des Dieux…).

Et elle crée une nouvelle collection baptisée Une Nuit à Montauk, hommage à cette ville côtière des Hamptons prisée par Andy Warhol, Jackie Kennedy ou les Rolling Stones.

Pour l’occasion, Une Nuit Nomade travaille pour la première fois avec la parfumeuse star Annick Menardo. A son palmarès, on peut notamment citer Le Premier Parfum de Lolita Lempicka, Bois d’Argent et Hypnotic Poison de Dior, Boss Bottled, Comme une Evidence d’Yves Rocher, Hypnôse de Lancôme… mais aussi des créations atypiques appréciées des parfumistas comme Bulgari Black (une vanille goudronneuse et fumée) et Peau d’Ailleurs de Philippe Starck, ovni olfactif primé à l’Olfactorama en 2017 et dont nous vous parlons ici.

Nous étions donc impatients de tester cette collaboration avec Annick Menardo.

annick menardo une nuit nomade

Nous vous présentons dans un premier temps Rose America, un coup de cœur. C’est une fragrance autour de la rose, évidemment, mais la créatrice a mis en avant un côté marin, presque salé. On hume également des notes poivrées, de la framboise et la sensualité douce de l’héliotrope et de l’ambrette. Sans oublier l’œillet, fleur aux effluves épicés, commune aux deux parfums. Le résultat est un bouquet floral au charme vintage.

L’autre parfum, qui rencontre un grand succès, c’est Memory Motel. C’est un parfum boisé ambré-fumé avec des notes de tabac, de vanille, de mousse et d’encens qui viennent habiller un patchouli sec et légèrement poudré. Pour la petite histoire, Andy Warhol avait eu un coup de cœur pour l’architecture de ce motel assez simple, qui deviendra en 1976 une ballade rock célèbre des Rolling Stones.

Une collection hommage à cette époque rock’n’roll qui permet à la marque de nous faire voyager ailleurs et différemment.

Eaux de parfum 50 ml : 95 euros et 100 ml : 145 euros.

Connaissiez-vous cette marque ? Et vous, avez-vous déjà porté un parfum signé Annick Menardo ?

6 personnes aiment cet article.

4 commentaires à “Memory Motel et Rose America (Une Nuit Nomade) : cap à l’ouest !

  1. sikkim

    Memory Motel, « un parfum boisé ambré-fumé avec des notes de tabac, de vanille, de mousse et d’encens qui viennent habiller un patchouli sec et légèrement poudré », semble avoir une silhouette très années 70, hippie.

    Votre description donne envie de découvrir ce parfum, même si les notes boisées me repoussent habituellement.

    Quant à votre description de Rose America, elle me renvoie vers « Une Rose » d’Edouard Fléchier chez Frédéric Malle, qui est une rose humide, terrienne, boueuse. Rose America serait sa sœur marine, salée, alguée peut-être. Les deux roses me semblent être unies par quelque chose de métallique, moins heureux dans « Une Rose », peut-être réussi dans « Rose America » .

    Ce parfum aussi est à découvrir si vous me dites où.

    Bonne journée

    1. Parfumista Post author

      Bonjour Sikkim,
      La marque propose les échantillons à la vente sur son site. Ceux-ci sont accompagnés d’un bon de réduction qui les rembourse en cas d’achat d’un de ses parfums : https://www.unenuitnomade.com/fr/parfums/echantillons
      Sinon, il y a encore peu de points de vente. Un seul à Paris apparemment et le lieu est atypique ;-) Plus d’infos ici : https://www.unenuitnomade.com/fr/points-de-vente
      Belle journée parfumée

  2. sikkim

    Je viens de craquer pour Rose America.

    L’échantillon m’attendait ce soir. J’en ai mis quelques gouttes sur la mouillette, quelques gouttes sur le bras. Rien. Aucune odeur. J’ai commencé à m’impatienter, à secouer le flacon dans tous les sens croyant qu’il était périmé, quand soudain l’explosion d’une volée poivrée mêlée à une odeur puissante de pétales de rose que l’on écrase entre les doigts tôt le matin. Me voilà le nez collé à mon bras, marchant en long en large pour faire bouger cette odeur intrigante. S’avance alors une poignée de foin (comme dans Arabie de Lutens mais en plus diffus) qui traîne derrière elle une odeur de cuir de sellier (un peu comme dans le Parfum de Thérèse de Roudnitska mais en plus présent, en plus sec). Le résultat, une fois le calme revenu, c’est une odeur puissante de rose humide aux pointes pourtant sèches qui joue avec le clou de girofle sur un fond cuir sec. Une rose métallique vibrante. Chaude avec une impression de fraîcheur. Ce parfum est intrigant et très très très beau, inattendu, racé.

    Il y a des parfums autour desquels on tourne quelques heures, une fois essayés, quelques jours ou plus, et l’excuse monétaire est là qui nous dissuade de les acheter. En réalité on les trouve beaux mais quelque chose nous dit qu’au fond quelque chose ne colle pas entre eux et soi-même. D’autres, ne trouvent entre eux et votre porte-monnaie aucun frein. Rose America a fait partie de ces derniers pour ce qui me concerne, et la commande a été passée d’autant plus facilement que le flaconnage de 50 ml est intelligemment proposé.

    Merci encore à qui se reconnaîtra.

    1. Parfumista Post author

      Bonjour sikkim,
      Merci de votre ressenti olfactif !
      On voyage avec vous en le lisant.
      Bonne journée et à bientôt sur Parfumista

Laisser un commentaire

obligatoire