L’histoire dit que Napoléon buvait les parfums qu’il portait. Aujourd’hui, plusieurs marques proposent des « parfums à avaler ». Gélules, bonbons, chewing-gums : cela change du traditionnel vaporisateur d’eau de toilette. Mais est-ce que ça marche vraiment ?

deo perfume candy

On connaissait les gélules pour maigrir ou bronzer. Place aux gélules pour sentir bon. Avec Kaöru (parfum, en japonais), la société Pillbox propose une manière originale de se parfumer. Vous pouvez ranger au placard vos parfums préférés. Plus besoin de Coco Mademoiselle ou Miss Dior, il suffit désormais d’avaler une gélule ! Ah bon ?

Pendant plusieurs heures, le corps exhalera une douce odeur de rose bulgare. Si cela vous semble un peu sommaire comme choix de parfums, il y a quelques variantes : rose et vanille, ou rose et orange sanguine. Selon la marque, cette nouvelle gestuelle est idéale si on doit rencontrer une personne importante, et ce, sans se soucier de l’étiquette du parfum.

Mais comment cela fonctionne-t-il ? Il est expliqué que la gélule se dissout rapidement dans l’estomac et que le principe actif odorant traverse ensuite les pores de la peau pour la parfumer. Honnêtement, si ça fait pareil quand on mange une tartiflette ou un aïoli ce n’est pas très rassurant. ;-)

L’artiste australienne Lucy McRae propose une vidéo onirique qui célèbre le principe du parfum gélule. Son projet à elle s’appelle Swallowable Parfum (parfum avalable), mais il semble être resté au stade de concept. Qui sait, ça va peut-être intéresser une marque de luxe pour la prochaine édition des Rives de la Beauté ?

Un peu plus ludique que les gélules : il y a les bonbons et les chewing-gums. Le Fuwarinka Gum, par exemple, est sans sucre ; il contient de la vitamine C, des actifs anti-âge, et bien sûr… il aide à sentir bon. Même si la revendication technologique semble plus discrète et plus floue que pour Kaöru.

Là aussi le parfum proposé est la rose. Il existait auparavant une senteur agrumes, mais celle-ci n’est visiblement plus disponible. Mais la rose est redevenue à la mode depuis le succès du parfum de Chloé, et les parfums féminins actuels ont presque tous de la rose. Alors si les parfums à avaler aussi, pourquoi pas ?

kaoru et fuwarinka

gélules parfumantes Kaöru et chewing-gums parfumants Fuwarinka

La marque Deo Perfume Candy (dont le nom signifie à peu près : bonbon parfum déodorant) propose pour sa part des pastilles à sucer.

Deo Perfume Candy est fabriqué par le confiseur bulgare Alpi et s’inspire d’essais menés au Japon. Il est recommandé par exemple pour les personnes au régime alimentaire riche en ail, dont l’un des composants olfactifs, le sulfure d’allyle de méthyle « ne peut pas être digéré et est finalement excrété par la peau » lui aussi.

Selon Imports DG qui distribue le produit, « pour une personne de 65 kg, il faut 3,6 mg de géraniol pour obtenir l’effet olfactif recherché ». Or chaque bonbon en contient 3 mg. Donc avec 2 bonbons sucés, « une personne dégagera un parfum de rose jusqu’à six heures » après. Fini les mauvaises odeurs de transpiration ! Un partenariat avec la RATP ou la SNCF serait intéressant, non ?

Plus sérieusement, rappelons quand même que le géraniol est un allergène et qu’à ce titre son utilisation est réglementé dans les parfums.

Quoi qu’il en soit, en recherchant sur Internet les avis de personnes ayant testé les différents produits, le résultat n’a pas l’air très convaincant. A tester soi-même pour se faire une idée.

Et vous, pensez-vous que ça marche ou que ce n’est pas sérieux ? Auriez-vous envie de tester pour personnaliser votre parfum ?

6 personnes aiment cet article.

4 commentaires à “Des parfums à avaler ?

  1. Blanchard Monique

    L’idée est séduisante… Mais ces bonbons ou gélules ne contiennent-ils pas d’éléments ayant une incidence sur la santé ?

    1. Parfumista Post author

      Bonjour Monique,
      Ce sont des bonbons et a priori les marques respectent les règles de fabrication.
      Après, est-ce que c’est efficace? Il faudrait tester ;-)

  2. Laure

    Bonjour,

    On n’arrête pas le progrès, ce billet en est la preuve.

    Toutefois, je suis sceptique. Certaines fragrances ou simplement un ingrédient, une note peuvent donner un résultat différent d’un épiderme à l’autre – allant de l’affreux au sublime. Que dire de nos systèmes digestifs ?

    Tout compte fait, je préfère le vaporisateur et la concrète.

    Agréable week-end parfumé !

Laisser un commentaire

obligatoire