Parfumeur, blogueur et avant tout passionné de belles essences, Thierry Blondeau nous donne son avis d’expert sur 6 parfums récemment sortis: Mon Guerlain, Methaldone (Aether), Mademoiselle Rochas, Rose Ardente (Givenchy), Kimitsu for Him (Annayake) et Le Rêve Nirmala (Molinard).

le reve nirmala_mars 17

Mon Guerlain (Guerlain) : J’aime beaucoup. C’est vanillé mais pas si gourmand que ça. Et puis, je trouve ça très cohérent pour la marque : pour moi, c’est très Guerlain. On retrouve la signature de Mon Exclusif dont il reprend la formule, mais aussi l’esprit d’autres créations Guerlain, comme Cuir Beluga.

Kimitsu for Him (Annayake) : La présentation est superbe, le flacon évoque une fiole d’apothicaire avec un esprit très japonisant. La fragrance est jolie mais beaucoup plus classique. C’est une sorte de fougère boisée un peu verte et épicée avec une fraîcheur moderne. C’est pas mal, c’est facile à porter. Mais par rapport au flacon très original, j’aurais préféré quelque chose d’un peu plus signé.

Le Rêve Nirmala (Molinard) : On est dans un parfum gourmand mais un gourmand subtil. En première impression, on devine des notes abricot, ananas, caramel. On retrouve la trame olfactive de Nirmala ; c’est un peu plus floral et spontané, ça va bien avec la couleur rose. Le fond est très joli, et me rappelle la signature florale musquée de Gucci Rush. Au final j’aime beaucoup.

sniff test mars 17

Rose Ardente (Givenchy, collection L’Atelier de Givenchy) : J’aime beaucoup la rose, mais ce ne sont vraiment pas les facettes de la rose que j’aime le plus. A vrai dire, ici, la rose est presque un prétexte. C’est plus une rose arabe, avec un effet épicé, mais surtout bois ambrés. On trouve en évolution un effet chypré fruité comme dans Si d’Armani ou Gris Montaigne de Dior. Cependant au global, je dirais que c’est plus masculin que féminin. Le packaging est très réussi.

Methaldone (Aether) : Voilà un parfum où la différence sur peau et sur mouillette est très nette. Sur la mouillette, c’est une odeur très saturée. La tête métallique frappe, on a l’impression de suffoquer. Si on teste la fragrance sur peau, c’est sublime. La rose métallique évolue vers un fond boisé, complexe, à la fois sec et riche. Un parfum pas du tout monolithique comme on pourrait le croire.

Mademoiselle Rochas (Rochas) : Avec le nom et le concept, on est clairement dans l’esprit Miss Dior ou Coco Mademoiselle. Olfactivement c’est facile à porter mais pas très créatif. C’est un fleuri-fruité, sucré assez typé fruits rouges. En évolution le parfum est plus raffiné. Mais pour ma part je préfère Madame Rochas !

Et vous, avez-vous testé ces parfums ? Qu’en avez-vous pensé ?

5 personnes aiment cet article.

3 commentaires à “Mon Guerlain, Methaldone, Mademoiselle Rochas… : Sniff-test Parfumista

  1. Laure

    Bonjour,

    Merci Thierry pour ce nouveau sniff-test fort intéressant.

    Je n’ai testé que Mon Guerlain, et je ne partage pas vraiment votre enthousiasme. C’est bien fait, certes, mais rien de bien nouveau, et toujours cette touche sucrée un peu lourde et quasi incontournable.

    Le même jour, j’ai essayé Izia de Sisley qui ne figure pas dans la liste, mais qui m’a nettement plus convaincue. Un floral aldéhydé musqué signé.

    Bonne journée parfumée.

    1. Parfumista

      Bonjour Laure,
      Merci de nous faire partager vos expériences parfumées !
      En effet, belle fragrance autour de la rose pour les beaux jours…
      D’ailleurs on a prévu de vous en parler prochainement, mais chut on ne vous en dit pas plus.

      A bientôt sur Parfumista

  2. Coromandel

    Merci pour ce nouveau sniff test ! Pour ma part, j’ai testé Mon Guerlain et Mademoiselle Rochas.
    Mon Guerlain a une note praline-vanille agréable, il est joli et l’évolution est harmonieuse (il ne sucre pas trop et je ne le trouve pas très « chimique ») mais Mon Guerlain est ennuyeux.
    Mademoiselle Rochas est un parfum mignon, fleuri-fruité, et… voilà. Bref, on ne peut pas dire que ces sorties génèrent en moi un grand enthousiasme :P

Leave a reply to Coromandel Annuler la réponse.

obligatoire