Palo santo, sauge, encens… les rituels olfactifs protecteurs font leur grand retour. Entre fumigation et diffusion d’huiles essentielles, voici quelques plantes aromatiques à tester chez soi.

palo santo_carner

Aux origines du parfum, le terme « per fumum » (ce qui se dégage par la fumée) désigne l’action de brûler des matières aromatiques s’élevant vers le ciel. Le parfum agréable qui s’en dégage évoque la divinité et est associé à l’immortalité, par opposition à la puanteur rappelant la mort. C’est ainsi que naît le lien entre senteurs et thérapeutique. Autrefois associées à la purification, la protection et l’offrande, les fumigations réinvestissent les rituels quotidiens.

Les bouquets de sauge blanche, lavande, thym, palo santo, les bâtonnets d’encens accompagnent les séances de méditation, de yoga et autres rituels de pleine lune. Appréciées pour leurs propriétés sur le corps et l’esprit, les huiles essentielles issues de ces plantes font d’excellentes accompagnantes pour ceux qui sont en quête d’intériorité et d’élévation de l’esprit.

Alors que certains bâtonnets d’encens présentent une toxicité, probablement due à l’ajout de substances pour accentuer leur parfum [1], les huiles essentielles séduisent pour leur naturel. Elles nécessitent tout de même certaines précautions d’emploi, certaines ne conviennent d’ailleurs pas à la diffusion atmosphérique ou nécessitent une dilution dans une huile essentielle plus douce. Préférez la diffusion à froid, n’excédant pas 15 minutes par heure. Soyez prudents en la présence de femmes enceintes, allaitantes, des enfants de moins de 6 ans, des personnes épileptiques, asthmatiques et en cas de cancer hormono-dépendant. Un avis professionnel est indispensable avant d’utiliser les huiles essentielles chez ces personnes, et n’oubliez pas d’aérer régulièrement votre habitation entre les diffusions.

Quelles sont les huiles essentielles à privilégier pour favoriser la spiritualité et la méditation ?

L’huile essentielle d’encens oliban (Boswellia carterii) est issue d’une plante utilisée depuis la nuit des temps pour célébrer de nombreux rituels. Incensum signifie d’ailleurs « bûcher offert aux dieux ». Son huile essentielle ouvre à la spiritualité [2], et aide à se distancier des préoccupations ordinaires tout en ayant des effets positifs sur le moral. Il entre notamment dans la composition du mythique Shalimar de Guerlain.

sauge a bruler

Fumigation de sauge, adaptation d’une photo de Kayla Maurais

La myrrhe douce (Commiphora myrrha) peut être considérée comme le pendant féminin de l’oliban. Elle a un aspect plus réconfortant et chaleureux, et convient aux anxieux, qui se sentent vidés émotionnellement et spirituellement. La Myrrhe de Serge Lutens rend hommage à la légende de la princesse Myrrha, transformée par Aphrodite en cet arbre précieux dont les larmes donnèrent naissance à la célèbre résine parfumée.

Le palo santo (Bursera graveolens), aussi appelé bois sacré, est un arbre amazonien dont on extrait les célèbres bâtonnets que l’on brûle dans les rituels de purification. Son bois distillé offre une huile essentielle aux propriétés apaisantes, à la parenté d’action avec l’oliban et la myrrhe douce. Il est traditionnellement utilisé pour favoriser le recentrage, par son action apaisante permettant de garder à distance les mauvaises influences. De cette façon, il rend l’esprit clair et disponible à la méditation. Malgré certaines similitudes olfactives avec le santal, il possède une personnalité propre que l’on retrouve en note principale dans Palo Santo de Carner Barcelona (photo d’entête) et Santo Incienso de The Different Company.

À ce propos, citons l’huile essentielle de santal (préférez Santalum austracaledonicum à Santalum album pour des raisons de préservation de l’espèce) aux propriétés relaxantes, euphorisantes et même aphrodisiaques ! Si le santal est présent dans de nombreuses créations féminines et masculines, c’est dans le parfum masculin Egoïste de Chanel que je vous propose de retrouver une de ses évocations les plus sensuelles.

L’huile essentielle de sauge sclarée (Salvia sclarea) favorise quant à elle la confiance en soi, la créativité et les songes. Retrouvez-la dans La Nuit de l’Homme d’Yves Saint Laurent, aux côtés du santal.

Benjoin Bohème (diptyque), La Myrrhe (Serge Lutens), Egoïste (Chanel)

Benjoin Bohème (diptyque), La Myrrhe (Serge Lutens), Egoïste (Chanel)

Le benjoin (Styrax benzoe), cité dans la composition du saint chrême, agit comme un baume protecteur de la peau et de l’âme. Le parfum vanillé de son résinoïde -obtenu par extraction de la résine à l’éthanol- est particulièrement réconfortant, mais il est à diluer à 20 % maximum dans une autre huile essentielle pour une utilisation en diffusion. Attention, ne pas chauffer, car inflammable. On le retrouve dans Benjoin Bohème de diptyque et Vanille-Benjoin d’Affinessence.

Que ce soit en fumigation, en diffusion ou en parfum, les plantes aromatiques n’ont pas fini de nous baigner de leurs effets bienfaisants !

 

Et pour vous, quels ingrédients parfumés stimulent la méditation ? Avez-vous des rituels olfactifs ?

 

Liens de l’article :

[1] Zhou, R., An, Q., Pan, X.W. et al. Higher cytotoxicity and genotoxicity of burning incense than cigarette. Environ Chem Lett 13, 465–471 (2015). Consultable à l’adresse https://doi.org/10.1007/s10311-015-0521-7

[2] Thines, A. (2017, décembre 15). Béatrice Caseau : « L’encens permettait d’établir un lien avec le divin ». Consultable à l’adresse https://www.plantes-et-sante.fr/articles/rencontres/1327-beatrice-caseau-lencens-permettait-detablir-un-lien-avec-le-divin

Quelques lectures pour approfondir :

Bitsas, A. (2009). Aromathérapie, corps et âme. Editions Amyris.

De Swardt, D. (2018). Un esprit sain(t) dans un corps impur. Nez, la revue olfactive N°6, p. 99‑104.

5 personnes aiment cet article.
Partagez cet article

4 commentaires à “Rituels parfumés bienfaisants

  1. Max

    Je suis sûrement trop hyperactif pour la méditation (je l’ai compris lors de ma première séance de sophrologie en ressentant ce besoin nerveux de m’occuper, d’être productif), mais si je devais m’y adonner, les matières que je choisirais seraient l’huile essentielle de bois de hô pour son linalol (que je trouve infiniment plus intéressant que le bois de rose), mais surtout l’absolue de peuplier baumier. Certes chère (40 € les 3 ml dans mon cas), c’est à mon sens une matière absolument (héhé) merveilleuse !
    Ce sera sûrement pour moi la grande énigme de la parfumerie : pourquoi une essence aussi distinguée, complexe et charmante n’est pas plus exploitée ? Pourquoi n’en entendons-nous jamais parler ? Elle est parfaite et pourrait être un parfum à elle seule, masculin, représentant l’élégance tranquille et paisible d’un homme calme. Voilà que je me mets au marketing… Je manque de superlatifs pour la décrire, alors si vous ne la connaissez pas, que vous avez 40 € en poche et une envie de découverte, essayez-la : retour sur investissement garanti !
    Je découvre aussi le santal jaune à travers votre article. J’ignorais qu’il existait une alternative responsable au santal blanc. Je serais curieux de savoir s’il y a une différence flagrante entre les santals jaune et le blanc. N’étant pas vraiment amateur de ce bois, je ne participerais pas à la disparition de cette espèce de toute façon…
    Note : Je n’ai jamais eu qu’un seul diffuseur à huiles essentielles (à froid) et ma dernière utilisation a été pour l’encens oliban. Le malheureux diffuseur n’y a pas survécu. Quoi que je fasse, peu importe combien je frottais, il persistait des dépôts d’oliban. Alors un petit conseil : privilégiez les diffuseurs en verre faciles à nettoyer et évitez ceux en plastique qui retiennent les dépôts.

  2. Laure

    Bonjour,
    J’ai recours à la méditation, j’apprécie beaucoup, mais surtout en visualisant (après avoir visionné plusieurs vidéos).
    Mon parfum du moment fait le reste, avec une préférence pour les hespéridés tout de même.
    Belle journée parfumée

  3. Marie-Solange Galzy

    Bonjour,
    Un petit truc qui me vient à l’esprit :
    Au cabinet dentaire, quand une personne commence à se sentir mal au début d’une anesthésie (car trop de stress), je lui fais sentir pendant de longues minutes de l’huile essentielle d’ylang ylang, qui est hypotensive, et le stress retombe aussitôt !
    C’est radical et très efficace. Cela m’a sauvée de nombreuses situations !
    Bonne journée à tous,
    Marie-Solange

    1. Parfumista

      Bonjour Marie-Solange, merci de votre message.
      Utiliser les bienfaits des senteurs dans son travail, c’est super.
      Et puis l’ylang ylang fait voyager, quel plaisir olfactif !
      Bonne journée parfumée

Leave a reply to Max Annuler la réponse.

obligatoire