Orpheline depuis peu de son créateur Emanuel Ungaro (1933-2019), Diva est une fragrance emblématique des années 80. Une superbe création à redécouvrir.

diva emanuel ungaro

Quand Diva apparaît sur la scène internationale en 1983, Ungaro s’est imposé dans le monde de la haute couture. Le couturier français d’origine italienne a souhaité un parfum qui lui ressemble, haut en couleur, à l’instar de ses créations couture. Un parfum comme un hymne à une femme déesse ou diva. On dit qu’il l’aurait créé aussi pour sa muse, l’éternelle actrice Anouk Aimée.

Ce parfum, c’est un chypre, racé et élégant comme le magnifique flacon buste qui le contient, souligné d’un drapé qu’a voulu Jacques Helleu*.

Ses effluves sont puissants, brillants grâce à une distribution complexe : la tête est une association inattendue de fleurs et de fruits conjuguant la tubéreuse et une mandarine aldéhydée. Le cœur chaud est un bouquet somptueux de rose de Damas et du Maroc, de jasmin, d’ylang solaire, de narcisse…

Le fond ferme la parade dans des notes boisées de vétiver, mousse de chêne, santal crémeux, patchouli et ambre. Quelques soupçons d’iris, de cardamome, de miel et d’ambrette rendent Diva mystérieusement captivante.

Un parfum digne d’un grand opéra, pour les femmes avec un F majuscule, celles qui n’ont pas froid aux yeux. Un parfum pour les initiées et qui aujourd’hui se chuchote, à tort.

Pour ceux ou celles qui essaieraient de s’en faire une idée, Diva a un je ne sais quoi de parenté avec Coco, en plus piquant. Les deux parfumeurs de Chanel de l’époque, François Demachy et Jacques Polge sont également à l’origine de cette création légendaire qu’est Diva.

 

(*) également directeur artistique pour la maison Chanel jusqu’à sa mort en 2007.

 

Et vous, connaissiez-vous Diva ? Quel est pour vous le parfum emblématique des années 80 ?

5 personnes aiment cet article.
Partagez cet article

4 commentaires à “Diva d’Ungaro : parfum mythique

  1. Lorraine

    Bonsoir,
    Diva… Un classique qui peut se porter toute l’année durant, pour qui sait rester fidèle à un parfum unique.
    Il mérite, même pour les « infidèles », de faire partie de leurs basiques car, même si on l’abandonne un temps (pour des senteurs plus capiteuses pour ma part, notamment en ce moment), on finit par y revenir tant il sait vous prendre par le bout du nez jusqu’à caresser votre cœur et/ou votre âme…
    Ce n’est pas parce qu’il n’y a pas un gros tapage médiatique autour de lui qu’il faut l’oublier ; ce serait dommage. C’est une belle essence, à porter au quotidien.

    1. Parfumista

      Merci Lorraine. Oui la presse a pas mal parlé de Diva en évoquant le décès d’Emanuel Ungaro mais paradoxalement c’est une marque dont elle ne parlait quasiment plus, les plus récentes créations (mode et parfum) n’ayant pas suscité le même enthousiasme. Ungaro III pour Homme cependant est lui aussi très beau.
      Et merci également à Marie-Solange pour cette belle revue de Diva, qui avait été initiée avant le décès du couturier.

  2. Laure

    Bonjour,
    Diva est une fragrance emblématique et sublime de la Maison Ungaro.
    Je ne peux hélas la porter car trop capiteuse pour moi, et c’est bien dommage.
    Le flacon est somptueux, un véritable bijou.
    Belle journée parfumée

    1. Parfumista

      Bonjour Laure,
      Merci de votre message.
      Oui, Diva est un beau parfum mais avec pas mal de caractère en effet !
      Comme vous l’avez constaté, nous avons entamé une nouvelle rubrique consacrée à des parfums plus anciens. Des classiques du circuit sélectif ou de la niche, même si à l’époque la dichotomie entre ces deux circuits de vente était sans doute moins forte. ;-)
      N’hésitez pas à nous dire ce que vous en pensez. De même, s’il y a des parfums que vous aimeriez redécouvrir, dites-nous.
      A bientôt sur Parfumista

Leave a reply to Parfumista Annuler la réponse.

obligatoire