Les amateurs de parfums rares auront plaisir à découvrir cette nouvelle marque élégante où s’invitent Paris, les odeurs de la nature, la sculpture et de belles histoires. Nous avons rencontré les créateurs de Pont des Arts, Géraldine et Bernard Siouffi.

pont des arts coulisses

1/ Bonjour Géraldine et Bernard, pouvez-vous nous parler de la genèse de Pont des Arts, la marque de parfums que vous avez créée ?
Chaque parfum est une histoire, une évocation. La genèse de Pont des Arts est celle de notre rencontre au quartier latin, il y a une quinzaine d’années, de nos goûts communs, en particulier pour les parfums d’auteurs. C’est aussi notre façon de saluer les amoureux du monde entier qui s’y retrouvent régulièrement et y fixent leur engagement… comme nous. Enfin nous avons créé Pont des Arts pour rendre hommage à la haute parfumerie française et à l’élégance du Paris éternel. Mais aussi pour partager avec une clientèle exigeante des produits d’exception réalisés avec la collaboration d’experts et de professionnels de renom.

2/ Vous souvenez-vous du premier parfum que vous ayez porté ?
Géraldine : Oui, jeune fille c’était Nahema de Guerlain. Bernard : Pour moi, c’était Eau Sauvage de Dior.
Mais c’est la découverte ensemble de Musc Ravageur de Maurice Roucel qui nous a donné l’envie d’explorer et de porter d’autres parfums extraordinaires et rares. Aujourd’hui, nous portons une trentaine de parfums (dont les nôtres !), et en changeons au gré de nos activités, du temps, de notre humeur…

3/ Dans la vie de tous les jours quelles odeurs vous font vibrer ? Quelles odeurs aimez-vous moins ou pas ?
Nous sommes amoureux de balades dans la nature et avons un petit jardin de ville. Nous aimons les parfums des plantes et fleurs dans la nature, de certains buissons au petit matin, mais aussi celles, plus fortes, des fleurs épanouies des fins d’après-midi de printemps. Chaque fois que nous nous déplaçons nous sommes toujours réceptifs à l’odeur des environnements naturels. Les odeurs que nous aimons moins sont celles émises pour en cacher d’autres : déodorants de toutes sortes, certains parfums « d’ambiance » synthétiques, etc.

4/ Au-delà de Paris, quelles sont vos influences créatives ?
Nos influences créatives sont assez éclectiques dans la mesure où nous sommes chacun à des degrés différents, plutôt peinture impressionniste, mais aussi contemporaine, avec un penchant marqué pour la sculpture contemporaine. Nous aimons dans l’art : l’architecture, la littérature, et tout ce qui est naturel et créatif à la fois, qui apporte une valeur ajoutée. A titre anecdotique nous sommes mécènes de l’Etoile Royale (arbres) autour du Grand Canal de Versailles.

5/ Une destination de voyage qui vous a enthousiasmés ?
Bernard : la traversée à pied, seul, des Alpes du Sud, jusqu’à Nice, en 12 jours. Géraldine : la traversée de la Corse et ses odeurs de maquis… Mais aussi notre randonnée en moto dans le Lubéron, avec la découverte de la lavande de l’Abbaye de Sénanque.

6/ Peut-être de futures inspirations pour un parfum ?
En fait, avant que nous y allions, nous travaillons sur un parfum de fleurs blanches, frangipanier, jasmin, tiaré… de Bora Bora.

pont des arts parfumeurs

Les parfumeurs Bertrand Duchaufour et Vincent Grandjon

7/ Vous avez travaillé avec Bertrand Duchaufour, un parfumeur que les fans de parfums rares connaissent bien. Qu’est-ce qui vous a enchantés -et enchante selon vous d’autres marques de niche- de travailler avec lui ?
Nous avons travaillé avec 3 équipes de nez renommés pour notre première collection, avec un projet créatif, un cahier des charges et un effet de gamme particulièrement étudiés. Nous avons ciblé chacune et chacun suivant des critères exigeants d’indépendance, de compétence et de créativité. Bertrand est en effet très connu mondialement et a plusieurs « perles rares » à son actif. Nous sommes très heureux qu’il ait accepté avec enthousiasme de collaborer avec nous.

8/ Quelles personnalités du monde de la mode et du parfum admirez-vous ?
Nous apprécions toutes les créatrices et tous les créateurs qui apportent un « style », une élégance à notre époque et éclairent celle à venir. Nous aimons cependant l’élégance mais dans la discrétion. Nous aimons aussi découvrir de nouveaux talents, mais en nous méfiant des « effets de mode » qui passent. Nous sommes pour le durable, dans les sentiments, les innovations, les styles ou les parfums…

9/ Les noms de vos parfums ne réfèrent pas à un ingrédient ou à un lieu, il faut donc sentir chaque parfum pour avoir une idée de sa fragrance. Avez-vous souhaité insuffler une part de mystère, de poésie ou d’invitation à la découverte qui pourraient manquer au parfum aujourd’hui ?
C’est intentionnel, nous ne voulions pas être l’énième Oud ou la Xième Rose. Pour nous, un parfum n’est pas un ingrédient, ni même une conjonction d’ingrédients. C’est une œuvre originale, un générateur d’émotions… qui a aussi, comme vous le dites, sa part de mystère. C’est pourquoi nous avons préféré évoquer la découverte de nos fragrances par des mots qui donnent des pistes et que chacun peut s’approprier comme « À chaque Instant », « À ce soir » ou « On s’était dit ».

parfums pont des arts

A chaque instant, un chypre vert fleuri et boisé avec « un effet de terre ». A ce Soir, un floriental poudré vanillé et vert. On s’était dit, un boisé pétillant, épicé et légèrement fleuri.

10/ Vous proposez aujourd’hui 3 parfums mixtes. D’autres créations sont en préparation ?
D’autres créations sont déjà avancées. En fait, nous avons travaillé une soixantaine de fragrances et en avons retenu une vingtaine, très complémentaires, qui s’enchaînent dans la signature de la marque, en mettant en scène différentes facettes de la même histoire, en cohérence avec les trois premières fragrances.

11/ Que peut-on vous souhaiter pour les prochaines années ?
Nous avons beaucoup de projets pour la suite, aussi bien en termes de création que de distribution. Des projets que nous construisons à notre rythme, en progressant chaque jour. Nous aurons l’occasion d’en reparler. Aujourd’hui notre objectif premier est de rencontrer une clientèle qui reconnaîtra et appréciera la qualité de nos créations et de notre travail.

Pour en savoir plus sur les parfums Pont des Arts, c’est ici.

 

Et vous, connaissiez-vous cette marque ? Quel parfum vous tente le plus ?

Trois commentaires seront tirés au sort et permettront à leur auteur(e) de gagner un set d’échantillons Pont des Arts. Pour participer, vous devez être membre du Club. Bonne chance !
Concours terminé : les gagnants sont Pascale, Luc et Laetitia, gagnante via Instagram.

Photos Pont des Arts. Partenariat sponsorisé.

10 personnes aiment cet article.
Partagez cet article

14 commentaires à “A la découverte de la marque Pont des Arts (Concours)

  1. Laure

    Bonjour,

    Je ne connaissais pas du tout cette marque. Merci à Parfumista de nous faire découvrir ce concept original.

    Je pourrais porter les trois opus car ils me correspondent tous, avec une petite préférence pour  » A chaque instant ». Je ne résiste pas aux chypres floraux verts !

    De plus, les noms de ces fragrances forment des phrases : « A chaque instant On s’était dit A ce soir » ou alors  » On s’était dit A ce soir A chaque instant »… les combinaisons sont multiples.

    Merci pour ce nouveau concours et belle journée parfumée.

  2. Aude

    Bonjour,
    Merci pour le concours. Je ne connaissais pas non plus la marque et cette interview était donc très intéressante.
    A chaque instant et A ce soir me tentent bien pour le côté vert, cela change des nouveautés actuelles.
    Merci encore et bonne journée parfumée !

    Aude

  3. farkas jerome

    Je ne connais absolument pas cette marque et je sens que je vais m’acheter A chaque instant qui me semble le plus approprié pour moi.
    Merci pour cette découverte olfactive.
    Bonne journée.

  4. 100drine

    Je ne connais aucune de ces créations mais j’avoue être tentée par À ce soir.
    Le nom est évocateur, plein de promesses, tout comme le descriptif du parfum.
    Merci pour ce concours!

  5. SD

    Des noms très poétiques qui changent effectivement de ce qui se fait généralement dans la niche.
    « On s’était dit » et « A chaque Instant » sont alléchants

  6. Pierre Bouissou

    Bonsoir,
    Merci pour le concours qui peut-être me permettra de découvrir la gamme ; en effet, ce n’est pas toujours facile en province.
    Merci pour cette interview, et félicitations aux créateurs, car les flacons donnent vraiment envie, le design est magnifique, avec le bouchon qui reprend les arcades du pont, et les fragrances ont l’air très belles : on ne peut que leur souhaiter un bon démarrage.

  7. Sarra

    Bonjour,
    Je ne connaissais pas cette marque.
    Je suis plus attirée par On s’était dit –une fragrance boisée épicée florale et musquée.
    A découvrir…
    Merci

  8. Alexandre Lepage

    Bonjour,
    Je ne connaissais pas cette marque.
    Merci pour le concours!
    Je suis plus attiré par « On s’était dit » mais j’avoue être extrêmement curieux de découvrir la marque.
    Bonne chance.

  9. Pascale Bourret

    Merci pour ce concours.
    Je ne connais pas cette marque.
    Par curiosité j’aurais envie de dire et de connaître A ce soir !
    Bon jour férié ensoleillé et parfumé.

  10. JARRY

    Peut-être aurai-je le plaisir de découvrir ces nouvelles senteurs.
    Je l’espère de tout coeur car mon goût pour le parfum est sans fin.
    Bonne soirée parfumée !

  11. Lorraine

    Marque inconnue, il est vrai, des provinciales de la « France Profonde » dont je suis.
    Cependant, on peut imaginer, après s’être laissé compter l’esprit de leurs essences…
    Un Paris qui ne se découvre pas exclusivement du regard (à suivre de jour comme de nuit) et qui n’est pas non plus « purement gustatif » -même si généralement l’un ne va pas sans l’autre et qu’en fonction des possibilités, lors de la visite, on s’offre un repas dans une « guinguette » bien sympathique ou un resto étoilé.
    Non, un Paris qui se perçoit, au détour de places, ruelles et autres squares moins connus au gré de chemins parfumés…
    Trace(s) présente(s) autant qu’éphémère(s) que l’on suit, que l’on remonte, les yeux fermés quelques instants, pour mieux s’en imprégner, pour mieux s’y plonger, pour espérer s’y fondre et y découvrir quelques secrets.
    Ainsi on plonge dans une autre dimension, celle d’un Paris plus secret, plus mystérieux, où certains spectres célèbres vous invitent et vous conduisent par le bout du nez pour vous faire rencontrer le fantôme de l’Opéra qui se dissimule derrière une colonne de marbre ou ne serait-ce pas plutôt, derrière un massif bouquet de roses ?

  12. Luc

    Bonjour,
    Je ne connais pas cette maison et serais heureux de découvrir ses productions.

Leave a reply to farkas jerome Annuler la réponse.

obligatoire