Si 2021 marque les 100 ans de Chanel N°5 et d’Habanita de Molinard, c’est aussi l’occasion de célébrer une autre création légendaire qui fête cette année ses 50 ans : Aromatics Elixir de Clinique Un parfum culte sur lequel il y a tellement de choses à raconter !

aromatics elixir de clinique

En 1971, Clinique crée un parfum au style inattendu et au nom énigmatique d’Aromatics Elixir. Inattendu car la marque, gérée par Estée Lauder, est connue pour ses produits cosmétiques hypoallergéniques sans parfum !

Imaginé par le parfumeur français d’IFF Bernard Chant, ce parfum est, à sa sortie, tout le contraire d’un bouquet de mariée propret ou d’une cologne. « C’était un alien ! » confirmera plus tard la parfumeure Sophie Labbé, à une époque où les fragrances étaient surtout fraîches et transparentes.

Aromatics Elixir est un des premiers chypres dit « modernes », avec un accord rose-patchouli novateur qui fera des émules tels Coriandre de Jean Couturier (1973), Diva d’Ungaro (1983) ou encore Eau du Soir de Sisley (1990). Puissant, polarisant, d’une très grande richesse olfactive, il parfait ce clair-obscur propre aux chyprés, inspirés du Chypre de Coty de 1917.

Sa tête lumineuse, quoique brutale voire déplaisante pour certains, s’adjoint des notes aromatiques de verveine, sauge et camomille romaine mêlées à un géranium piquant et vert et à des épices plus chaudes telles que la coriandre et le girofle. Un souffle intense où les aldéhydes apportent puissance et abstraction, même s’ils ne sont pas forcément revendiqués aujourd’hui.

Par contraste, cette tête s’oppose à un sous-bois ombragé typiquement chypré où le patchouli overdosé, est associé à une mousse de chêne veloutée et au vétiver, créant un sillage identifiable et profond.

Un bouquet floral dense, irradiant, sert de liant entre les deux. Aromatics Elixir s’impose par son surplus de roses bulgares liquoreuses, d’iris poudré de Florence, de néroli de Tunisie, d’ylang… Bref, par son cœur floral excessivement voluptueux. Un sursaut de chaleur animale est apporté par un ingrédient également ambré, le labdanum, qui était à l’origine accompagné de civette, mais qui a visiblement disparu de la formule actuelle.

Par cette richesse, Aromatics Elixir s’apparente à un philtre ensorcelant, sexuel, aphrodisiaque pensent certaines femmes… bien au-delà du seul pouvoir du parfum ! Estée Lauder le dit elle-même : « Perfume and something far beyond » (un parfum et quelque chose bien au-delà), elle qui souhaitait un parfum unique, rare, donnant aux femmes l’envie de vivre des sensations exaltantes et fortes.

Sa formule, reconnue pour ses effets spécifiques sur l’esprit et le corps, le fera considérer d’ailleurs comme un des premiers parfums aromachologiques, grâce au choix judicieux de ses ingrédients aux propriétés médicinales (camomille romaine anti- inflammatoire, verveine relaxante, néroli apaisant…). Ce côté médicinal, potion est renforcé par le flacon. Une fiole d’apothicaire élancée et minimaliste réalisée par les ateliers de verrerie Pochet et du Courval.

Un demi-siècle après, on peut dire qu’Aromatics Elixir a tout d’une success story. Fait rarissime pour une création de 50 ans qui n’a bénéficié d’aucune publicité par égérie et qui a été lancée par une marque dont ce n’était pas l’activité principale ! Même si aujourd’hui, oscillant entre « le sale et le propre », ce parfum anticonformiste ne plaît pas à tous. Un parfum longtemps considéré comme féminin mais qui sait séduire les hommes également. Et pour ceux qui ne sont pas convaincus, Bernard Chant a créé en 1973, Aramis 900, un presque copié-collé d’Aromatics Elixir mais en légèrement moins floral.

aromatics in white clinique

Si Aromatics Elixir est mythique, sa lignée s’enrichit depuis quelques années de déclinaisons à l’ADN perceptible mais aux personnalités différentes. En 2014, Nicolas Beaulieu a imaginé Aromatics in White, composition moderne tout en contraste avec en départ la verdeur des feuilles de violette associée au poivre Sichuan et un cœur floral plus solaire où la fleur d’oranger illumine la rose. L’ensemble reste charpenté par le patchouli mais sur une structure plus douce de muscs et notes ambrées. Un parfum qui du coup paraît plus transparent que son illustre aîné et beaucoup moins imposant. Je lui trouve un léger côté Flower by Kenzo, comme un parfum de peau. Il est présenté dans le même flacon que son prédécesseur mais dans un laquage blanc, véhiculant cette idée de pureté.

Suit en 2015 Aromatics in Black, que l’on pourrait qualifier de floriental. L’ouverture est plus vive : bergamote, pamplemousse rose et une note de prune juteuse. La rose cède la place à un cœur de jasmin, de néroli et d’osmanthus, une fleur à l’odeur abricotée. Le fond se fait plus sombre et mystérieux, dans les vapeurs boisées du vétiver et de la myrrhe, dont l’aspect oriental est renforcé par la fève tonka, qui réchauffe et adoucit l’ensemble. Il me rappelle Manifesto l’Elixir d’Yves Saint Laurent. Le flacon fiole de l’original est réinterprété dans une teinte noire, laquée, très désirable. Le parfumeur est inconnu.

En 2016, le parfumeur Pascal Gaurin a imaginé Aromatics Black Cherry, une version plus aguicheuse. Si vous ne speakez pas perfectly l’anglais, black cherry signifie cerise noire. Et on les retrouve bien, ces cerises qui apportent leurs effluves fruités et gourmands en adéquation avec notre époque mais toutefois sans outrance. L’aspect fruité est en effet contrebalancé par des notes épicées de cardamome et poivre mais aussi par un cœur de rose. La reine des fleurs s’allie au jasmin et à un fond boisé de ciste, d’ambre et bois de cachemire. Une version très différente de la formule originelle d’Aromatics Elixir qui se pare d’un laquage pourpre évoquant une cerise noire sucrée et addictive. Une version qui pourrait plaire aux adeptes des orientaux aimant Lutens.

aromatics black cherry clinique

Les flankers proposés ne sont finalement que des accords audacieux qui nous interrogent sur le chypre à l’origine de ces déclinaisons. En 2017, Laurent le Guernec a retravaillé la formule originelle d’Aromatics Elixir en extrait. Avec Aromatics Elixir Premier, il a conservé les mêmes matières premières mais en épurant la construction grâce aux nouvelles techniques de distillation moléculaire, qui permettent d’obtenir un patchouli moins terreux par exemple. L’ajout de pêche et de fleurs blanches rend l’ensemble plus facile à porter de même que le jeu des muscs qui se font plus actuels. Le parfum est présenté dans un flacon identique à l’original mais en plus rond, avec, sculpté dans le verre, une fleur rappelant le pavot.

Aromatics Elixir est un parfum entré définitivement dans notre patrimoine olfactif pour séduire les amatrices -et les amateurs- éclairés. Si vous ne le connaissez pas encore ou si vous ne le l’avez jamais testé sur peau, bonne découverte !

 

Et vous, aimez-vous ce parfum ? Quels sont vos parfums mythiques à vous ?

15 personnes aiment cet article.
Partagez cet article

4 commentaires à “Aromatics Elixir : les 50 ans d’un parfum mythique

  1. Laure

    Quel bel article complet et bon anniversaire à Aromatics Elixir.
    J’aime le sentir, il est effectivement relaxant, apaisant, mais ma peau ne l’aime pas du tout. C’est franchement dommage.
    Mon parfum mythique est l’Eau des Merveilles d’Hermès, même s’il n’en a pas encore tout à fait l’âge. Je suis certaine qu’il entrera dans cette catégorie ;)
    A ses côtés, First de Van Cleef & Arpels, l’Air du Temps de Nina Ricci, et Trésor de Lancôme (avant toutes les reformulations) que je ne peux bien entendu pas omettre de la liste !

  2. pierrodel

    Le parfum signature de ma femme. Elle le chérit depuis 30 ans, elle lui fait quelques infidélités, de temps en temps, mais y revient toujours.
    Pas de parfum signature pour moi. Je papillonne au gré de l’humeur, du temps, de ce que je porte, d’où je vais, qui je suis susceptible de croiser…

  3. Armelle F.

    Un beau texte qui donne envie de sentir ces parfums que pour ma part je ne connaissais pas.

Leave a reply to Laure Annuler la réponse.

obligatoire