Un nom simple mais un parfum à la sophistication absolue. Rose & Cuir marque le grand retour de Jean-Claude Ellena chez Frédéric Malle.

rose & cuir frederic malle

Le style Ellena d’aujourd’hui, ce sont des compositions aux formules épurées lui permettant d’aller à l’essentiel, de montrer que l’on peut s’exprimer avec peu de matières premières. Ce qui n’était pas la norme à ses débuts où les formules héritées du passé se voulaient longues et complexes. Lorsqu’il créa First de Van Cleef & Arpels en 1976, il utilisa près de 160 composants. Quarante-trois ans plus tard, Rose & Cuir créé pour les Editions Frédéric Malle, n’en possède que… 15 !

Son ami, l’éditeur de parfums Frédéric Malle, pour qui il avait réalisé Angéliques sous la pluie (2000), Cologne Bigarade (2001), Bigarade Concentrée (2002) et l’Eau d’Hiver (2004) a convaincu Jean-Claude Ellena de poursuivre son œuvre pour sa maison. Les deux hommes ont alors puisé leur inspiration dans le registre prestigieux du maître à penser d’Ellena, Edmond Roudnitska, un des premiers à avoir revendiqué le parfum comme une création de l’esprit et non comme un savoir-faire (livre L’Esthétique en question, Editions Presse Universitaires de France, 1977).

C’est en sentant sa rose oubliée de 1949 pour Rochas, qu’ils ont décidé d’en donner leur interprétation, véritable challenge en soi, tant le thème de la rose a largement inspiré la palette du parfumeur.

Pour rendre leur rose identifiable, ils l’ont imaginée rose / cuir, comme « Un ciel bleu après le mistral ». Leur création devait d’ailleurs se nommer Rose Mistrale mais le mot Mistral(e) était déjà pris.

Leur rose sera alors duale, lumineuse et sombre, l’interprétation contemporaine d’une rose abstraite qui aurait pu être, pour Malle photographiée par Warhol ou peinte par Nicolas de Staël pour Ellena.

Elle se traduit par un souffle intense de géranium bourbon aux facettes de rose et de truffe qui provient d’une petite exploitation de la Réunion. Cette ouverture puissante est agrémentée de la fraîcheur intense du poivre Timut, épice dont l’odeur rappelle le pamplemousse et un peu le fruit de la passion.

Et puis arrive un accord cuir, tout aussi surprenant, tel un grand aplat de couleur. Un cuir dépouillé, évoquant le côté sombre épineux de la fleur et reposant sur une molécule de synthèse fauve et puissante, l’Isobutyl Quinoléine (IBQ). C’est la signature de grands classiques comme Bandit de Robert Piguet (1944) ou Cabochard de Grès (1959) et peu utilisée depuis.

Rose & Cuir est une fragrance saisissante donnant l’illusion d’une rose mais sans aucune rose. Un tour de force à l’instar de son « Thé de Bulgari » qui ne contenait pas une once de thé ! Lors de la rétrospective de sa carrière au salon Pitti Fragranze de Milan de cette année, Ellena confirmait son désir d’épurer sa formule : « En termes de beauté, la présence de la rose, naturelle, n’apportait rien au parfum. Donc je l’ai retirée de la formule ».

Rose & Cuir permet à Ellena d’aller à l’essentiel, de poursuivre sa réflexion sur les odeurs qui sont pour lui des matériaux qu’il peut transformer à sa guise.

Ce parfum est une des grandes nouveautés de la rentrée 2019.

 

Avez-vous testé ce parfum ? Et vous, quels sont vos parfums fétiches à la rose ?

9 personnes aiment cet article.
Partagez cet article

2 commentaires à “Rose & Cuir de Frédéric Malle : mystérieuse illusion

  1. Laure

    Bonsoir,
    Jean-Claude Ellena semble être sur tous les fronts depuis qu’ll a quitté la maison Hermès.
    Il y a tellement de roses en parfumerie qu’il est difficile d’en avoir une fétiche. Les deux emblématiques pour moi sont Paris d’Yves Saint Laurent et Nahema de Guerlain, et ce en restant dans le mainstream.
    Pour être franche, je n’ai pas du tout aimé Kelly Calèche de Jean-Claude Ellena pour Hermès… j’espère vraiment que Rose & Cuir ne lui ressemble pas de près ou de loin.

  2. Max

    Rose, cuir et une petite évocation de fruit de la passion… Le tout mixte ? Ça fait particulièrement envie !
    Et je suis curieux de voir l’interprétation de Jean-Claude Ellena de l’Isobutyl Quinoléine, car pour en avoir dans ma collection, je peux dire que c’est une odeur fort désagréable.
    Je n’en ai jamais senti à part dans Cabochard, que je possède, et sans être un mauvais parfum, c’est loin d’être un chef d’oeuvre à mon goût.
    Je vais essayer de me débrouiller pour sentir un échantillon de Rose & Cuir…

Leave a reply to Laure Annuler la réponse.

obligatoire