Parfumeur, blogueur et avant tout passionné de belles essences, Thierry Blondeau nous donne son avis d’expert sur 5 parfums récemment sortis : Epidor (Lubin), Mimeomai (Volnay), Music Festival (Maison Margiela) et le duo Figment d’Amouage.

figment duo_bandeau_amouage

Music Festival (Maison Margiela, Collection Replica) : Un parfum inspiré par Woodstock ? Oui on y est. Le patchouli est là mais ne joue pas le rôle en solo comme on pourrait s’y attendre. Il y a des effets fruits noirs, mûre, pruneau, fraise mûre, qui apportent une certaine gaieté. Et une note boisée résineuse très cannabis. On imagine une femme hippie (ou un homme d’ailleurs) en pantalon pattes d’éléphant, parfumée de patchouli, fumant son joint et mâchant un chewing-gum… Avec le van Volkswagen en arrière-plan.

Mimeomai (Volnay) : Le nom est un peu compliqué*. La structure l’est moins. On sent une filiation claire avec Femme de Rochas, la signature boisée, cumin, prunol. Des notes que l’on retrouve aussi dans Féminité du Bois de Serge Lutens, que m’évoque aussi ce parfum, même si ma première impression est Arabie, du même créateur. Volnay a cependant davantage poussé les notes d’agrumes et d’épices fraîches.

sniff test janv 18_selection

Epidor (Lubin) : C’est discret, doux, velouté. On sent une note de violette, poudrée, ambrée mais très maîtrisée. Il y a également un accord fleurs blanches, tubéreuse. Ça sent le foin également. On a un effet miel, solaire, un peu champêtre, comme un miel d’aubépine. C’est très joli. Cela dit c’est plutôt un parfum de peau : il n’y a pas beaucoup de sillage et l’évolution est très linéaire.

duo Figment (Amouage) : Figment Man est très original, sans doute trop pour un nez non averti. On retrouve les notes terreuses de Peau d’Ailleurs de Philippe Starck mais le résultat est plus décapant. Ça sent la terre, la fumée, le bois. On a un effet poivré élémi, gingembre, Coca Cola. Puis le parfum devient beaucoup plus animal à la façon de Kouros d’Yves Saint Laurent. A mon avis le parfum cible une clientèle moyen-orientale et risque, avec nos référents olfactifs, de paraître complètement gothique. Le féminin est un peu plus harmonieux même s’il est lui aussi clivant et dissonant. C’est un accord rhubarbe tubéreuse légèrement adouci par des facettes de rose safranée.

 

(*) En grec, Mimeomai signifie suivez-moi, imitez-moi. / Note Volnay

 

Et vous, avez-vous testé ces parfums ? Qu’en avez-vous pensé ?

5 personnes aiment cet article.
Partagez cet article

2 commentaires à “Music Festival de Maison Margiela, Amouage Figment… : Sniff-test Parfumista

  1. Laure

    Bonjour et tous mes vœux parfumés pour 2018.

    Je n’ai testé aucun de ces parfums.
    Epidor (même si le nom fait un peu pain et fromage) me fait de l’oeil car Lubin est une Maison que j’affectionne et la description de Thierry Blondeau est sympa.
    En revanche, je ne suis pas du tout tentée par Music Festival de MMM car il ne me correspond pas du tout…

    1. Parfumista

      Bonjour Laure,
      Merci de votre message.
      Meilleurs voeux parfumés pour 2018 également.
      Le Père Noël a-t-il apporté des parfums cette année ? ;-)

Laisser un commentaire

obligatoire