Parfumeur, blogueur et avant tout passionné de belles essences, Thierry Blondeau nous donne son avis d’expert sur 4 parfums récemment sortis : La fille de l’air Iris (Courrèges), Colonia Pura (Acqua di Parma), Orissima (Ted Lapidus) et Violette Grand Cru de Berdoues.

violette berdoues & la fille de l air iris courreges

La fille de l’air Iris (Courrèges) : On retrouve la note fleur d’oranger de La fille de l’air. C’est tendre, c’est doux, avec un effet musqué, peau de bébé. Ici il y a aussi un effet légèrement aqueux, salicylé, comme un iris d’eau. Avec également des facettes amandées. J’avais été déçu par l’édition Monoï lancée plus tôt cette année, qui était un peu trop sucrée par rapport à l’original, mais celle-ci est très réussie.

Colonia Pura (Acqua di Parma) : On retrouve dans cette cologne un effet barbier, savon à barbe, notamment grâce à l’usage du géranium. Cela dit, le résultat est plus moderne que rétro, avec une fraîcheur marine, un effet floral transparent et une impression thé vert. Les agrumes de la Colonia originale sont très présents mais j’ai aussi un effet métallique qui me plaît moins. La fragrance peut évoquer des créations comme Chrome d’Azzaro, ck one voire L’Eau d’Issey Miyake pour homme. La marque a sans doute souhaité une création plus masculine, mais pour ma part, ce n’est pas mon préféré de la collection Colonia.

Orissima (Ted Lapidus) : Un parfum gourmand avec des notes de pêche et de caramel ? Effectivement c’est bien ce qu’on sent. On a aussi un côté patchouli qui donne au parfum un sillage très commercial, dans le style de La vie est belle de Lancôme. A réserver à celles qui aiment les parfums très sucrés.

orissima_ted lapidus & colonia pura_acqua di parma_sniff test

Violette (Berdoues, Collection Grands Crus) : J’aime beaucoup. La violette est la note principale mais c’est plus subtil et sophistiqué que ce à quoi on pourrait s’attendre. Par sa note violette, son effet lavande et vert de feuille, ça me rappelle Lavande Velours, une ancienne Aqua Allegoria de Guerlain. C’est plus masculin qu’un soliflore violette. En même temps, c’est plus pointu et plus vert que le traitement de la fleur dans les parfums masculins. C’est une violette plus niche, mais aussi plus veloutée, avec une belle évolution iris/violette qui, sur peau, m’évoque également Dior Homme.

 

Et vous, avez-vous testé ces parfums ? Qu’en avez-vous pensé ?

5 personnes aiment cet article.

1 commentaire à “Colonia Pura, La fille de l’air Iris… : Sniff-test Parfumista

  1. Laure

    Merci à Thierry Blondeau pour ce nouveau sniff-test.

    Je suis tentée par La Fille de l’Air Iris pour son côté peau de bébé et ses facettes amandées. A noter que j’ai apprécié La Fille de l’Air Monoï, justement pour la discrétion du monoï et qui curieusement ne se sucre pas vraiment sur mon épiderme.

    En revanche, Orissima de Ted Lapidus n’est pas du tout pour moi… il faut vraiment que chaque Maison sorte son La vie est belle qui va rester dans l’histoire de la parfumerie.

    Belle journée parfumée :)

Laisser un commentaire

obligatoire