Parfumeur, blogueur et avant tout passionné de belles essences, Thierry Blondeau nous donne son avis d’expert sur 4 parfums récemment sortis : Rose Royale (Nicolaï), Methaldone (Aether), Guess 1981 et White Tea (Elizabeth Arden).

rose royale nicolai

Methaldone (Aether)
Voilà un parfum où la différence sur peau et sur mouillette est très nette. Sur la mouillette, c’est une odeur très saturée. La tête métallique frappe, on a l’impression de suffoquer. Si on teste la fragrance sur peau, c’est sublime. La rose métallique évolue vers un fond boisé, complexe, à la fois sec et riche. Un parfum pas du tout monolithique comme on pourrait le croire.

Rose Royale (Nicolaï)
Je m’attendais à quelque chose de très classique mais c’est surprenant. C’est très rose bien sûr mais l’aspect fruité et surtout métallique lui donne un côté rose 21ème siècle, presque gothique. L’évolution est paradoxale. Les facettes géranium et terreuses de la rose évoquent une belle rose ancienne qu’on aurait cueillie dans les jardins d’un château.

Guess 1981 (Guess)
Le code couleur rappelle Cerruti 1881 pour Femme, ce n’est sans doute pas un hasard. Olfactivement c’est joli. J’aime le côté vert croquant. C’est assez fleurs blanches, il y a un effet tubéreuse que j’aime bien. La signature est relativement musquée.

white tae arden methaldone aether guess 1981

White Tea (Elizabeth Arden)
Le packaging blanc épuré, avec le bouchon façon bakélite est beaucoup plus luxueux que celui du Green Tea original. La note thé n’est pas forcément très marquée mais j’aime beaucoup cette fraîcheur contemporaine, douce et salicylée. On est dans la lignée de parfums comme ck2 de Calvin Klein en plus musqué. Un homme peut le porter sans problème. Par contre la tenue est moyenne.

 

Et vous, avez-vous testé ces parfums ? Qu’en avez-vous pensé ?

2 personnes aiment cet article.

2 commentaires à “Rose Royale, Methaldone, White Tea… : Sniff-test Parfumista

  1. sikkim

    Les créations de Patricia de Nicolaï sont toujours déroutantes. Mais elle ont quelque chose d’ancré dans une tradition de bon goût. La créatrice elle-même, quand on la regarde au-delà de son allure très « vieille France » très éduquée, porte en elle ces multiples facettes dont elle dote ses parfums. Elle est rigolotte.

    Ses senteurs pour la maison sont divines. On a envie de les avoir toutes chez soi.

    C’est une créatrice qui préfère arrêter un parfum plutôt que le modifier. Dommage que « Cococabana », un délicieux monoï secret et chic, ne soit plus proposé. Dommage que « Maharajah » qui à petites doses me rappelait le « Jicky » des années 70, ait été retiré. Il y a encore « Juste un rêve », inattendu, déroutant mais racé.

    Votre description de « Rose Royale » souligne bien le style d’écriture de Patricia de Nicolaï, et si vous y trouvez une facette métallique alors j’irai à sa découverte.

    1. Parfumista

      Bonjour Sikkim,
      Merci de votre message.
      En amatrice de roses que vous êtes, il est tout à fait possible que Rose Royale vous plaise.
      Patricia de Nicolaï utilise d’ailleurs beaucoup la rose dans ses parfums, même quand la fleur n’est pas la note clé.
      Bonne découverte et à bientôt sur Parfumista.

Leave a reply to Parfumista Annuler la réponse.

obligatoire