Evasions en terres parfumées

C’est l’été, et vous êtes peut-être en train d’organiser votre prochaine escapade. En attendant, nous vous avons préparé une sélection de parfums aux senteurs d’ailleurs…

paithani penhaligons

Nom, pub ou senteur… le thème du voyage a toujours inspiré les maisons de parfums, et pour cause : certaines régions du monde regorgent de trésors olfactifs. Parfumista vous propose de vous évader en parfums avec un dossier en 2 parties. Avec à la clé une Parfumista Box spécial voyage à gagner.

Destinations week-end

On commence notre périple en France avec Un Air de Bretagne de L’Artisan Parfumeur, un boisé aquatique mixte aux notes d’ambre gris, d’algues et d’iode, rafraîchi d’agrumes et de néroli.

Un détour par la capitale ? La marque de bijoux Agatha lance Balade aux Tuileries. Cette nouveauté s’inscrit dans une collection de 4 parfums sur le thème de Paris. C’est un parfum fruité abricoté avec des notes de fleurs blanches sur un fond de vanille, caramel et bois précieux.

Les plus chanceux partiront peut-être en vacances à la plage. Pour les autres, Rochas offre une variation de sa célèbre fragrance : Eau de Rochas Escapade Estivale, une eau d’agrumes modernisée de fleur d’oranger et d’une touche de menthe…  Une belle eau de toilette, légère et rafraîchissante.

Pour les amoureux de l’île de Beauté, Oriza L. Legrand dévoile une nouveauté dans sa ligne de colognes : L’Eau de Corse. Une infusion d’écorces d’orange amère réchauffée de ciste et de myrte.

On poursuit notre voyage olfactif dans une ébénisterie à Milan avec Colonia Ebano d’Acqua di Parma. Le parfum du bois caressé par la cire d’abeille, le tout rafraîchi de bergamote et petit grain.

bandeau escapade 1.1

Un Air de Bretagne (L’Artisan Parfumeur), Colonia Ebano (Acqua di Parma), Balade aux Tuileries (Agatha), L’Eau de Corse (Oriza L. Legrand), Eau de Rochas Escapade Estivale

Lumières d’Orient

Destination : l’Orient avec Magie du Désert de Making of, une marque que nous vous avions fait découvrir ici. Dans cette nouveauté, les épices se mêlent à la date, au oud et au cuir.

Paysage de sable toujours, avec le nouveau parfum de Thierry Blondeau : Cuir des Sables. Un ambré-cuir qui donne la sensation de sable chaud, légèrement épicé et solaire et une belle évolution boisée qui sur peau, plaira aux amateurs de l’Eau des Merveilles d’Hermès. A découvrir chez Jovoy.

On continue notre visite en Orient avec une nouveauté signée Guerlain : Oud Essentiel (dans la même collection que Santal Royal dont on vous a parlé ici). Cette fragrance boisée-cuir, soutenue par une note de rose verte est relevée d’une touche de safran et par le caractère fumé du bois de gaïac. Mention supplémentaire au beau flacon vert très sombre.

bandeau escapade 2.1

Altesse Mysore (Alexandre.J), Rahele (Neela Vermeire Créations), Kimonanthe (diptyque), Oud Essentiel (Guerlain), Cuir des Sables (Thierry Blondeau Parfums), Magie du Désert (Making of)

Sur les routes d’Asie

L’Inde est connue pour receler de nombreuses matières premières de la parfumerie et ne cesse d’inspirer les créateurs. D’ailleurs, Penhaligon’s a complété sa collection Trades Routes avec deux fragrances évoquant l’Inde : Paithani (photo d’entête), une explosion d’épices adoucie par une rose laiteuse sur un fond de cuir et d’ambre. L’autre fragrance s’appelle Agarbathi et dépeint l’odeur des rituels religieux indiens. Comme un parfum sacré, il mêle encens, résines et baumes sur un fond boisé vétiver et santal.

Alexandre.J a aussi choisi de travailler le bois de santal indien pour rendre hommage à cette belle région du monde avec sa nouveauté Altesse Mysore. C’est un floriental assez épicé avec des notes de poivre, de rose, de bois et d’ambre.

La créatrice indienne Neela Vermeire lance, elle, Rahele. Un parfum entre Orient et Occident, qui mêle bois et épices d’Inde aux essences florales de la parfumerie française (rose, jasmin, magnolia…) avec une belle note d’osmanthus en cœur. C’est un parfum hommage à Tavernier, Bernier et Thévenot, trois grands voyageurs du 17ème siècle.

Envolons-nous enfin au Japon avec Kimonanthe de diptyque, inspiré par la fleur d’osmanthus et le zukoh, ces boîtes en bois contenant de l’encens en poudre. L’osmanthus s’enrobe d’encens, d’épices et de tonalités abricot et cuir. Un parfum mixte atypique.

bandeau escapade 3.1

Savannah’s Heart (Olibere), Histoire d’Orangers (L’Artisan Parfumeur), Maasaï Mara (Berdoues), Ylang (Roger & Gallet), Widdringtonia (The Body Shop)

Africa !

On change de continent avec Maasaï Mara, une belle nouveauté signée Berdoues inspirée des terres africaines. La fragrance revendique l’essence de camomille bleue d’Egypte, le buchu d’Afrique du Sud et la chaleur du labdanum, mais sur peau la senteur se fait suave et miellée, avec un effet presque gustatif.

On reste en Afrique avec une création de la marque Olibere : Savannah’s Heart (« le cœur de la savane »). C’est une fragrance boisée légèrement animale, contrastée en tête par une note acidulée de rhubarbe et de bergamote, avec en cœur de l’essence de café qui lui confère une facette un peu sèche et amère. Le fond boisé, très santal est réchauffé avec une essence de vanille d’Afrique. On adore !

Lieu de résidence d’artistes et de créateurs (notamment Serge Lutens), le Maroc inspire L’Artisan Parfumeur avec Histoire d’Orangers. La parfumeuse Marie Salamagne a trouvé son inspiration dans la vallée de Souss, dans les contreforts de l’Anti-Atlas, entre Tazenaght et Taroudant. Et ça sent quoi ? La fleur d’oranger est entourée de thé blanc et d’une overdose de notes musquées. Un parfum doudou pour l’été.

On descend plus au Sud avec Widdringtonia de The Body Shop, un parfum inspiré des montagnes du Parc de Cederberg en Afrique du Sud. Cette eau de parfum mixte de la ligne Elixirs of Nature mêle la sauge, le cèdre et le vétiver.

Dernière escale de notre voyage parfumé avec Ylang de Roger & Gallet. La fleur star de Madagascar et des Comores, au parfum épicé et crémeux, est entourée d’agrumes, de vanille et cèdre. Une eau fraîche aux vertus bienfaisantes, qui plus est… à prix doux.

 

Et vous, racontez-nous votre plus beau souvenir olfactif (voyage, moment…). Quelles senteurs vous font voyager ?

Un commentaire sera tiré au sort et permettra à son auteur(e) de gagner une sélection de parfums et d’échantillons sur le thème du voyage. Pour participer, vous devez être membre du Club. Bonne chance !

8 personnes aiment cet article.

16 commentaires

  1. Farkas Jérôme :

    Mon plus beau souvenir olfactif se trouve au Maroc où j’ai apprivoisé l’odeur de la fleur d’oranger dont je ne me lasse jamais.

  2. Elodie :

    J’adore votre sélection week-end !
    Mon meilleur souvenir olfactif est chez ma maman qui a la chance d’avoir dans le fond de son jardin un sous-bois avec un ruisseau qui court. J’aimerais tellement trouver une senteur qui s’en approche !

  3. Daniel :

    Bonsoir,
    C’était il y a bien longtemps, après une longue marche en montagne ; mes parents, ma petite sœur et moi, nous nous sommes abrités précipitamment dans une chapelle isolée, après qu’un orage menaçant nous y forçât.
    En poussant la porte une odeur de moisissures, de pierre froide, d’encens, de myrrhe et de cire saisissa mon jeune odorat.
    Nous restâmes dans ce lieu de paix, quand soudain tout s’obscurcit, un éclair déchira le ciel, la petite chapelle se fit écho, c’est la pluie qui pianote sur la toiture d’ardoise.
    La porte est restée entrebâillée, je vois au loin les arbres plier par le poids de l’eau qui s’abat et du vent qui vient de se lever.
    Il apporte avec lui l’odeur de la terre détrempée, la mousse, la sève, les fleurs et herbes sauvages qui se mélangent à la poudre du tonnerre.
    Toutes ces fragrances pénètrent dans ce lieu saint pour s’unir entre elles.
    Je ferme les yeux, je suis au paradis.
    Mon premier émoi olfactif que je n’oublierai jamais.

  4. Sarra chb :

    Bonsoir,
    Un bain avec une huile d’ylang ylang qui me fait voyager vers les îles…
    Le paradis dur terre !
    Bonne soirée

  5. Coromandel :

    Bonjour,

    Merci pour cette sélection, Savannah’s heart me fait particulièrement de l’oeil.
    Je me souviens de l’ambiance parfumée du Janicule à Rome. Contempler les merveilles de cette ville en compagnie de rosiers et de citronniers odorants est juste magique ! Je me souviens aussi de l’odeur des pierres chauffées par le soleil et des pins. Si un parfum parvenait à recréer cette ambiance, je serais aux anges !

    • Laure :

      Bonjour Le Critique de Parfum,

      Mieux vaut tard que jamais pour la collection de Thierry Blondeau… les parfums sont originaux.

      Oui, lance-toi, je suis certaine que ce serait une belle aventure ;)

  6. Laure :

    Bonjour,

    Mon plus beau souvenir olfactif et parfumé est Fidji. Rien que son évocation me fait voyager.

    J’ai eu l’occasion de tester la très jolie Eau de Rochas Escapade Estivale de Rochas, un cocktail rafraîchissant.

    L’Eau des Délices de Fleurance Nature, bio, que j’ai reçue en cadeau, offre une promenade dans un jardin par une journée estivale. La tenue est moyenne, c’est dommage…

    Bon week-end :)

  7. Sylvie :

    Bonjour,
    Peut-il n’y avoir qu’un plus beau souvenir olfactif ? A mon sens, non !
    Ce sont ces chocs, ces expériences qui participent à faire ce que nous sommes ne serait-ce qu’au niveau émotionnel.
    Cela va de l’origine fœtale où, déjà, l’on s’imprègne du parfum des aliments et autres boissons que déguste notre mère. A notre naissance, outre les odeurs de la salle de travail, ce sont celles de celle qui nous a porté puis mis au monde dont on s’imprègne : celles de sa peau, parfumée (ne serait-ce que l’odeur de son savon), celle du sein qui nous nourrit et du lait qu’elle nous offre… Plus tard, c’est via la découverte de nourritures plus consistantes et de leurs goûts (donc, quelque part, aussi, de leurs parfums), de boissons (de l’infusion, au thé et/ou café, suivi de breuvages plus « virils » : bières, vins, spiritueux), l’usage de substances dangereuses (tabacs : dont celles du tabac à pipe, du « petit gris » ou de certaines « papier maïs »… voire prohibées).
    Il y a aussi les senteurs liées au « paternel » ; celle de son travail (mine, usine…), de sa peau aussi (eh oui !…), de sa voiture lorsqu’il nous emmène découvrir…, de la maison qui nous abrite, du jardin qui nous éblouit et nous nourrit : des fanes de carotte, d’herbes (mauvaise(s) ou aromatique(s)), de feuilles froissées entre nos doigts et avec lesquelles on se tache souvent) ; des fleurs qui composent le côté « magique » de ce jardin : de l’églantier à cette rose qui ne « paie pas de mine » mais dont un pied peut, à lui seul, embaumer tout l’espace environnant ; celles de tous les autres rosiers qui composent un univers piquant mais au combien riche de leurs âmes odoriférantes ; des divers fruitiers lorsqu’ils sont en fleurs et lorsqu’ils portent leur cadeau gustatif mûr à point…
    Ce sont ces traces qui imprègnent les divers univers que nous traversons : des écoles, de la période militaire (pour qui l’a faite) puis des entreprises dans lesquelles nous avons ou sommes amené(e)s à exercer : des « machines à café » (mais pas que) aux collègues, des transports qui nous y conduisent et nous en ramènent… Des airs dans lesquels nous sommes amenés à vivre : entre l’air pur de la montagne ou maritime et celui d’une ville industrielle où la chimie lourde côtoie l’exploitation des minéraux (charbon, fer, potasse…), le ressenti et l’impact sont totalement différents (et ce dès que vous lancez votre premier cri), c’est l’air qui commence à vous faire découvrir le pays dans lequel vous débarquez pour la première fois (surtout par avion car par bateau, train ou voiture, le corps d’y adapte petit à petit au travers des stops faits pour y parvenir), celles des sites visités : guinguettes, marchés, souks…
    C’est la « signature de peau » de celui/celle qui vous fera découvrir vos premiers émois, puis de qui deviendra votre « moitié » (pour quelques années voire pour la vie), des enfants qui agrémenteront le foyer…
    C’est la trace laissée, dans l’espace et le temps, d’expériences plus ou moins agréables à vivre ; hôpitaux, du gaz lacrymogène des « manifs » à l’ambiance particulière de grandes foires et/ou rassemblement festifs au tragique encens des messes d’enterrement*…
    Tout ceci pour démontrer qu’il ne peut y avoir qu’un unique « grand souvenir olfactif » mais DES souvenirs olfactifs et, consciemment ou non, ils influencent l’ensemble de notre vie voire de notre mort.

    [* encens de la messe à l’odeur de décomposition choquante sentie, parfois, avant l’inhumation ou celle des crématoires ; mais, là, on ne s’en souvient pas… théoriquement]

    • Parfumista :

      Merci Sylvie de votre commentaire. Que d’inspiration !!
      Nous en profitons aussi pour vous informer que vous êtes désormais membre du club. Bienvenue :-)
      Et bonne chance pour le concours.

  8. bibiche64 :

    Bonjour,
    Je dirais que c’est difficile de choisir entre les souvenirs de bord de mer bretons, odeur salée caractéristique que je retrouve dernièrement dans l’Eau des Merveilles bleue ou des parfums fleuris à l’yang-ylang et encore les notes épicées qu’on retrouve dans certains souks.
    Oui toutes ces odeurs nous replongent dans de jolis souvenirs de vacances.
    Quand je veux voyager dans ma tête, j’avoue que j’ai une préférence pour les parfums iodés, rarement écœurants et plutôt frais.
    Merci pour cette jolie sélection, dommage d’habiter la province, je ne pourrai jamais les sentir mais j’essaie de les imaginer.

  9. Claudine :

    Le parfum Ralph Lauren Blue me rappelle le parfum des haies d’aubépines en fleurs dans mon petit village lorsque j’étais enfant. C’était l’odeur des grandes vacances.
    Et puis tout simplement le parfum de la lavande qui me rappelle toujours des vacances dans les Pyrénées, c’était il y a 40 ans !

  10. Nathalie :

    Bonjour, je rejoins d’autres commentaires sur le fait que chacun d’entre nous possède des tas de souvenirs olfactifs liés à sa propre vie. Certains sont agréables, d’autres pas…
    Pour ma part, l’odeur de l’eau de javel, pourtant pas agréable, me rappelle systématiquement à maman, qui travaillait dans une usine qui le conditionnait, et dieu sait que cette odeur est tenace. Les câlins en avait forcément la senteur !
    Je garde toujours en souvenir aussi l’odeur de mes chiens, ainsi que l’odeur des plats de ma région d’origine. Une bonne flamiche au maroilles et me revoilà quelques années en arrière et quelques centaines de kilomètres plus loin !
    Je sais, ces odeurs ne sont pas des plus glamour, mais elles font partie de moi ;)

  11. Luc :

    Je vous remercie pour cette agréable sélection ainsi que l’idée de pouvoir nous exprimer sur nos parfums favoris.
    Etant collectionneur j’aurais difficulté à établir un choix précis. Cependant, celui de Tom Ford avec Amber Absolute à été mon coup de bambou.
    Cet ambre sirupeux me fait à chaque fois que je le porte, me déconnecter du monde réel et me fait voyager dans l’imaginaire où sa chaleur et sa profondeur insondable n’ont qu’un seul mot d’ordre : envoûtement.
    Comme une balade vers des temples indiens mystérieux, avec le labdanum qui vous habille complètement pour vous attirer vers les dieux et déesses bienveillants et vous faire voyager dans l’ether.
    Ce parfum est tout simplement celui de notre âme, sentez-le et vous serez ailleurs.

  12. Flo :

    Toutes ces descriptions de parfums me donnent des envies de voyages !
    Je commencerai ma première escale par la parfumerie… Pour ma part, certaines odeurs restent indéniablement associées à l’ailleurs, au lointain.
    L’encens sous toutes ses formes me rappelle immanquablement Bali ; l’odeur du oud lorsqu’elle est associée à la fumée me ramène à Dubai dans le quartier de Deira ; l’odeur après la pluie un jour très chaud me transporte en Inde…
    Mais certaines odeurs me transportent dans des endroits moins « exotiques » et pourtant me font m’évader dans le temps : ma mère avait ramené d’Egypte un flacon d’extrait de fleur de lotus. J’ai retrouvé cette odeur récemment dans Un jardin sur le Nil d’Hermes. Je me suis immédiatement transportée dans mon enfance !
    Et cela vaut pour toute sorte d’odeurs : l’herbe fraîchement coupée, le foin, les odeurs de sous-bois me relient irrémédiablement à mon enfance à la campagne.
    Merci pour cette belle sélection, j’ai hâte de partir à la quête de ces odeurs dans ma parfumerie !

Laisser un commentaire